Australia, I love you ♥


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Nous avons besoin de vous, votez sur le top obssession ICI
NOUVELLE ADRESSE : http://australian-destiny.com
Le forum manque cruellement d'étudiants et d'hommes

Partagez | 
 

 Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Dim 13 Fév - 12:12

Mercredi. C’était le jour de la semaine où j’allais déjeuner avec Scarlett dans le Central Business District pendant sa pause avec qu’elle ne prenne une folle journée. Mais depuis mon accouchement, je n’ai pas eu le temps de venir la chercher au travail pour aller manger ensemble & pourtant, elle fit parti des personnes qui étaient avec moi le jour de l’accouchement, c’est elle qui su en premier comment j’allais appeler ma fille. Ah… Ma fille. Ce petit bout de chou avait changé ma vie. C’est incroyable l’amour que l’on peut ressentir pour une si petite chose, on l’idolâtre, on l’aime comme jamais on a aimé quelqu’un, on la chérir. Seules les personnes qui avaient un enfant pouvait le comprendre &, malgré le fait que j’aime énormément Scarlett, j’avais peur que celle-ci se vexe du manque de temps que je lui accorde. Après tout, elle m’avait recueillit pendant plusieurs mois, & même après nous étions toujours l’une chez l’autre ( Enfin vers la fin de ma grossesse, se fut plutôt Scarlett qui venait chez moi ! ). Je lui devait tant, plus qu’elle ne le pense ! Je ne pris pas la peine d’attraper mon téléphone pour appeler Scarlett, je voulais lui faire la surprise & venir avec un invité d’honneur. Je sortis ma princesse de son couffin, elle était si mignonne avec ses petits doigts, impossible de lui résister ! Tout en me dirigeant jusqu’à la poussette, je tenais entre mes grands doigts son petit poignet tout en lui parlant :

« Tu sais quoi ? Aujourd’hui nous allons sortir en ville voir Scarlett, depuis ta naissance tu ne l’as pas revu ! Tu sais, c’est ta tata mais c’est aussi une très grande amie de maman ! »

J’avais l’impression qu’elle comprenait ce que je disais malgré ses un mois, j’aimais deviné chaque mouvement du visage qu’elle faisait. Ce que j’aimais le plus c’est lorsqu’elle souriait en montrant fièrement ses gencives & en agitant ses petits bras. Une fois bien attachée, je partis mettre mes chaussures & fit un petit tour devant le miroir, j’étais assez potable, ma peau était lisse & mes cheveux dessinaient des petites boucles soigneuses, alors j’attrapa ma veste & ferma la porte à clé.

Les hauts immeubles me faisaient tournés la tête, cela faisait si longtemps que je ne m’étais pas rendu dans ce quartier ! Je pouvais sentir la tension & le stress qui régnait dans cet endroit, d’ailleurs Léopoldine aussi puisqu’elle commençait déjà à s’agiter. J’avais peur que les gens ne fassent pas attention à la poussette, dès que quelqu’un la frolait, je le fusillait du regard, prête à l’attaquer s’il osait recommencer. Après plusieurs minutes de lutte, j’arrivais enfin devant le travail de Scarlett ! Sans trop tarder j’y pénétra & attendit sagement dans le hall tandis que je calmais Léopoldine qui était énervé mais elle ne tarda pas à se calmer. J’attrapa un hochet dans mon sac & lui donna en la regardant tendrement jouer avec. De là où j’étais installée, je reconnu un claquement de talon qui m’étais familier, le pas d’une femme pressée & exaspérée par ses co équipiers qui n’étaient pas à la hauteur du travail qu’elle fournissait. Si Léopoldine n’avait pas gazouiller aussi fort, je suis persuadée que Scarlett ne se serait pas rendu compte de ma présence. Lorsque son regard se posa sur nous, je lui décrocha mon plus beau sourire avant de me lever avec la poussette & venir à elle :

« Ne cesseras donc tu jamais de courir après ton travail Scar ? »

Je lui souris & lui tendit énergiquement mes bras, elle m'avait tellement manqué ! Je la pressa contre moi tout en nous dandinant de droite à gauche & la détacha de mon étreinte pour la laisser observer Léopoldine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Dim 13 Fév - 22:45

« Lewis, je veux le dossier de l’affaire Woodsen dans cinq minutes sur mon bureau » lançais-je de façon polie mais rapide à mon assistant Lewis travailler pour moi depuis déjà deux semaines et j’avais la curieuse sensation qu’il se trouvait la plus par dépits que par envie. C’était un très bon garçon, âgé d’un peu plus de vingt ans mais n’ayant pas encore compris que ce genre de job n’était pas à prendre à la légère. En réalité ce boulot était devenu ma vie depuis bien longtemps déjà. Je passais de longue journée ici et parfois même de longue nuit, j’en venais presque à oublier la couleur des murs de mon appartement. La nuit dernière fut très longue, je l’avais passé assise sur mon bureau à travailler sur des affaires en tout genre avec mon nouveau meilleur ami le café. J’avais tout juste eu le temps de franchir les quelques ruelles qui me séparer de mon appartement pour prendre une douche et changer de vêtements. J’optais toujours pour l’élégance, malgré mon travail dans la police je ne pouvais négliger cela. Je fixais mon bureau, regardant le dizaine de tasse de café qui se trouvait ici, je sentais presque mes muscles me crier et me demandais un peu de repos mais c’était une chose que j’avais exclus de ma vie depuis la disparition de Lysandre. Lewis fit de nouveau son apparition, le visage enjoué accompagné d’un beau sourire sans doute ayant peur d’une réprimandassions de ma part, cela m’amusée de voir que malgré mon visage angélique il avait peur de moi. Je l’invitais à s’installer en face de moi « Oh et pitié Lewis, appelez moi Scarlett » le madame Shepperd et le vous m’ennuyez et me donnais la sensation d’avoir dix ans de plus.

Nous passions une bonne humeur, peut être même deux sur ce dossier, une jeune femme ayant perdu la vie dans un accident causé par ou pour une raison dont j’ignorais l’existence, du moins au début. La pauvre femme avait été la victime d’un homme sans pitié, lui autant la vie pour de banales histoires d’argent. Cela pouvait sembler étrange mais j’avais perdu cette petite chose, cette façon de ressentir de la peine pour les victimes, le monde était truffé d’horreur et je survivais au milieu de tout ça. Je finis par le libéré le laissant tout de même prendre une pause déjeuner même si je ne pensais en prendre comme souvent d’ailleurs. Les seuls moments que je m’accordais pour manger le midi se trouvait en compagnie de Chloé même si ces derniers temps sa présence se faisait rare. Je sortis de mon bureau un peu sur les nerfs comme souvent, marchant rapidement pour rejoindre la secrétaire qui avait « oublié » de faxer quelques choses d’assez important. Je passais sa porte « Brittanny qu’est ce que vous ne comprenez pas dans j’ai besoin de ce fax maintenant ?! » je la regardais assez froidement plongeant mes prunelles dans les siennes. Je ne voulais pas paraitre trop méchante ou froide mais ces derniers temps la présence de mon frère me manquait plus que ce que je ne me l’avouais et je pensais encore à Matthys même si le cachet semblait plus simple. Reprenant mes esprits, je sortis et tombais nez à nez avec ma belle sœur Chloé. C’était réellement une bonne surprise. Je ne pus m’empêcher de lui offrir un sourire.

« En réalité c’est le travail qui me cours après »

Je lui souris et la serrait dans mes bras quelques secondes, elle m’avait vraiment manqué. Chloé avait prit une part importante dans ma vie, même si au début notre relation semblait perdu d’avance. Mais son soutien pendant ma période de deuil avait été plus qu’important. J’affichais encore un plus beau sourire à la vue de Léopoldine, ce petit ange me rappelait tant son père mais je ne pouvais m’empêcher de l’aimer plus que tout, c’était un ange.

« Bonjour ma chérie … Je t’ai manqué ? Parce que tu m’a énormément manqué mon petit ange … Comment va-t-elle ? »

Demandais-je à Chloé. Je ne pus m’empêcher de la prendre dans mes bras, elle était la seule personne avec qui je me montrais vulnérable et très douce, un seul sourire et elle me faisait craquer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Dim 13 Fév - 23:28

Ce qui était remarquable chez Scarlett, c’était sa personnalité complexe. Il y a avait seulement 10 minutes, je pourrais mettre ma main au feu qu’elle criait sur un de ses collègues &, il fallait juste que Léopoldine lui donne un peu de douceur pour que celle-ci devienne une femme calme & aimante. Je les regardèrent toutes les deux entrain de se retrouver, Léopoldine ne connaissait pas vraiment Scarlett mais, Scarlett l’a connaissait bien avant qu’elle naquit ! Léopoldine la regarda de ses grands yeux gris foncés ne sachant pas comment réagir mais, ouvrir grand la bouche pour lui faire un de ses adorables sourires. Ainsi, elles furent les deux seules personnes qui rayonnèrent vraiment dans cet pièce si sombre qu’était le poste de police. Léopoldine était rassurée de la présence de Scarlett, elle avait ce don de mettre les gens en confiance ( ou bien de les effrayer, cela dépends des jours ). En temps normal, si on prends Léopoldine sans me le demander, je hurle sur la personne en la traitant de tout les noms mais pas avec Scarlett, je savais qu’elle savait tenir les bébés en faisant attention à leur nuque & surtout à ne pas les laisser tomber ( Ma grande phobie ). J’imaginais Scarlett mère mais, avec son travail cela serait un suicide soit pour l’un, soit pour l’autre.

« J’ai bien l’impression que Léopoldine t’adore ! »

En même temps comment ne pas adorer Léopoldine ? Certaines personnes sortirent de la grande porte regardant avec stupéfaction Scarlett tendre, ce n’était pas l’image qu’elle véhiculait au travail ! Sûrement pour mieux se faire respecter ! Cette scène m’amusa, les gens ont tellement à apprendre sur Scarlett Ambre Shepperd, ils seraient surpris ! Lorsqu’elle reposa ma fille dans la poussette, je pris soin de remettre la couette sur Léopoldine en vérifiant qu’elle ne manquait de rien.

« Ce midi c’est moi qui t’invite ! Contrairement en France, ici vous donnez plus d’allocations que je le pensais ! »

J’étais installée à Melbourne que depuis 6 mois & je découvris que le gouvernement & les aides étaient plus juste que celles en France. A cette heure-ci je serais sûrement entrain de mendier dans les rues de Paris avec Léopoldine dans mes bras pour inspirer un peu de pitié aux passants… Nous sortîmes du poste de police, auparavant nous déjeunions dans un petit restaurant non loin de là où travaille Scarlett, les serveurs nous connaissait bien vu qu’on papotait assez bruyamment & que cela les amusaient ! Je dois dire que Scarlett & moi étions une équipe de choc ! Toujours entrain de s’amuser & à « se taper une barre » comme on dit à Paris. C’était plus fort que nous, nous étions deux folles de la vie & peut-être dans quelques années 3 lorsque Léopoldine apprendra à parler ! Tout en marchant sur le trottoir, je questionna Scarlett :

« Comment se passe le travail ? Tu m’as l’air tellement tendu… Tu devrais ralentir avec ton travail. »

Le « comment se passe le travail » n’était qu’une phrase d’introduction car, je savais que Scarlett n’avait pas le droit de me parler des affaires sur lesquelles elle travaillait, elle était tenu au secret professionnel ! Je voulais juste lui faire remarquer qu’elle allait se tuer à petit feu si elle ne changeait pas de mode de vie mais, je pouvais la comprendre en un sens. Je savais bien que Scarlett se concentrait sur son travail pour cacher quelques souffrances, ayant vécu avec elle plusieurs mois, je pouvais prétendre la connaître ! D’ailleurs je pouvais prédire à l’avance la réponse à mes remarques…


Dernière édition par Chloé D. Benett-Shepperd le Mer 23 Fév - 10:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Lun 14 Fév - 0:03

Je repensais à la première fois que j’avais posée mes yeux sur cette jolie blonde ; j’aurais pu la tuer ce jour là ne supportant pas l’idée d’une autre femme dans la vie de mon frère. Lui et moi avions une relation fusionnel et vivre sans lui était réellement un enfer même si je m’en cachais préférant le tout va bien à la vérité. Je me mentais en moi-même mais j’étais bien trop faible pour avouer qu’il me manquait. Mais il été mon frère, celui qui me connaissait par cœur et désormais il n’était plus de ce monde. La seule chose qui me relier à lui était ce petit ange que je tenais dans mes bras. Elle était sans aucun doute la chose la plus jolie que je n’avais jamais vue. Elle avait les yeux de Lysandre, ce regard innocent et attendrissant, j’étais assez triste de me dire que ma petite nièce allait grandir sans père mais elle était ma priorité, je m’étais transformé en tata gâteau. Je voulais qu’elle sache à quel point je l’aimais déjà. Son sourire me fit craquer, mes yeux brillaient l’innocence de l’enfance et j’étais ouverte, totalement vulnérable face à un ange comme celui-ci, mais comment résister à un visage comme le sien. Je n’entendais plus rien, j’étais dans un autre monde quand elle me souriait, jusqu'à ce que les paroles de Chloé interrompît mes pensées.

« Qui ne m’adore pas ? »

Lançais-je en souriant. En réalité j’avais une longue liste d’ennemis mais c’était chose normale quand on travaille dans la police et que les journées sont principalement rythmées par la mise en prison de criminel en tout genre. Je me demandais souvent si un jour l’un d’entre eux voudrait se changer, mais je n’avais pas peur de l’avenir, j’étais désormais prête à affronter cela. Je berçais doucement Léopoldine, prenant soin de ne pas la faire tomber ou de ne pas lui faire mal. J’offris un doux sourire à l’invitation de Chloé.

« Tu m’a manqué tu sais … »

Je déposais délicatement la petite, j’aurais pu la tenir des heures dans mes bras mais je supposais que ce n’était pas l’idée pour une enfant. La France, je l’enviais parfois, je n’avais jamais eu l’occasion d’aller le bas, et de découvrir ce pays mais dès qu’elle parlait de Paris j’étais comme fasciné, cela devait être une ville formidable et j’espérais secrètement avoir la chance de m’y rendre un jour. Je laissais ma veste, le temps étant assez beau pour ne pas en avoir besoin. Je déposais doucement mon arme dans mon sac, ne voulant pas faire peur à ma petite nièce, ni à Chloé d’ailleurs. Ce genre de temps me rendait un peu plus de bonne humeur, j’aimais réellement l’effet du soleil sur ma peau et dans cette ville, tout semblait mieux. Je marchais en compagnie de Chloé, ne pouvant décoller mes yeux de sa petite fille. J’en venais presque à me demander si un jour j’aurais la chance d’en avoir une mais je devais rapidement me sortir le sujet de la tête, et ne pas penser une seconde de plus à Matthys.

« Tout va bien, la routine. Criminel en tout genre, des choses de plus en plus étrange mais tu sais que je vis pour ça … mais ne t’en fais pas tout va bien pour moi. Mais toi … pas trop fatiguée avec la petite ? »

J’étais aussi ce genre là, elle savait que quoi qu’il se passait elle pourrait compter sur moi, quitte à camper dans son jardin pour ça mais depuis la mort de Lysandre, ces deux jeunes femmes étaient devenue une priorité, et j’aurais tout fait pour les protégées toutes les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Lun 14 Fév - 11:16

Je voyais bien que Scarlett dévorait Léopoldine des yeux, c’était si adorable de voir ses deux-là se sourire mutuellement comme si elles s’étaient toujours connu ! Alors que nous marchions, je voyais bien que Scarlett utilisait une de ses techniques pour faire comme si son travail l’épanouissait mais je savais très bien ce qu’il en était. Nombre fois fut les soirs où elle rentrait tard pendant que je regardais « Breakfast in Tiffany's » avec mon ventre tout rond & un pot de glace à la pistache. Je l’observais toujours du coin de l’œil pour voir ce qu’elle faisait en rentrant, elle enlevait en général ses chaussures, posait son sac, venait me piquer une cuillérée de glace & s’en allait dormir. Parfois, lorsqu’elle était en retard, je tournais en rond dans l’appartement en me faisant un sanglant pour elle tandis qu’Audrey Hepburn chantait son célèbre « Moon River ». Depuis que j’ai Léopoldine, l’envie de protéger Scarlett se fit plus pressante que jamais… Qu’arriverait-il si un jour elle ne rentrerait plus jamais chez elle ? Rien que le fait d’y penser, j’avais l’impression que le trou que Lysandre m’avait fait dans mon trou s’agrandit de quelques centimètres. Ce genre d’angoisse me pesait, j’avais tout le temps l’impression qu’elle s’appuyait sur mes deux épaules & me murmurait d’une oreille à l’autres les choses que je craignais le plus. Je sortis de mes pensées lorsque Scarlett me retourna la question sur mon moral. Fatiguée ? Ce terme était bien trop léger pour exprimer ce qui me pesait ! S’occuper d’un enfant, surtout aussi fragile que Léopoldine, demandait non seulement énormément d’attention mais en plus, beaucoup de sa personne. On ne peut élever un enfant qu’on n’aime pas de tout son cœur & Léopoldine avait la chance de m’avoir car mon amour pour elle était inconditionnel. Elle était ma chair ainsi que celle de Lysandre, alors la fatigue ne pouvait pas influer sur mon bonheur qui était plus que suprême. Tout en posant un regard attendrissant sur Léopoldine je répondis :

« Je suis très fatiguée mais, le bonheur d’avoir ma petite fille enfin efface toute mes cernes ! »

C’est toujours comme sa en fin de grossesse, on est lassé par son ventre rond & veut à tout prix faire connaissance avec ce petit être ! Mais je dois avouer que j’ai eu ce qu’on appelle le « baby blues » lorsque je compris que plus rien de physique nous liait & qu’il allait falloir que je m’y fasse, que s’était à elle de décider si elle devait m’aimer ou pas. Vous allez me dire que j’étais trop dure avec moi-même mais c’était ainsi que je raisonnais lorsque Léopoldine vit le jour. Mais à présent je n’étais plus trop inquiète, nous étions qu’elle & moi dans ce monde, on devait apprendre à compter l’une sur l’autre ! Il nous fallut peu de temps pour arriver au restaurant, il y avait pas mal de monde : à croire que l’endroit était devenu côté ! Etant manageur, négocier était mon travail alors, je m’avança vers l’hôte & lui dit avec une mine embarrassée :

« Bonjour, nous avons réservé au nom de Shepperd… J’espère ne pas trop attendre, mon bébé doit absolument prendre la tété & s’il ne le fait pas sa risque de… »

Je fis une grimace, cela était complètement faux mais si cela pouvait nous permettre d’être installées au plus vite, alors mentir n’était pas si mal que sa. L’hôte me fit les yeux ronds & regarda sur un petit écran les tables susceptibles d’être libres. Il nous invita à le suivre & nous nous fîmes pas prier pour le suivre ! Nous étions côté intérieur dans un endroit assez paisible, il tira nos chaises & nous annonça qu’un serveur allait s’occuper de nous, je le gratifia d’un grand sourire. Je pris la carte & regarda le menu :

« Hum… Voyons voir si le menu à changer depuis notre dernière venue ! »

Je remarqua quelques changement mais, la salade grecque était toujours inscrite dans les entrées pour mon plus grand bonheur. Je posa la carte & sortir Léopoldine de la poussette pour qu’elle puisse voir le monde qui l’entourait. Je colla mes lèvres sur son petit crâne rose pour y déposer une bise, elle sentait si bon les produits pour bébé. Je lui caressa ses petits doigts le temps que Scarlett choisisse à son tour son entrée.


Dernière édition par Chloé D. Benett-Shepperd le Mar 15 Fév - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Mar 15 Fév - 7:07

Dire que j’aimais Léopoldine était quelques choses de faux. J’avais découvert en elle plus que ce que je pourrais trouvé chez n’importe quel autre être humain. J’étais surprise de voir à quel point une petite chose si douce, si belle et si muette pouvait m’apporter plus d’amour et de douceur que ce que je ne pouvais jamais espérais. Je lissais l’espoir dans ces bras, l’espoir et l’innocence de sa vie futur. Sa vie n’allait pas être simple, elle allait avoir des temps difficile plus grande, devoir comprendre que la guerre lui avait prit son père, qu’un homme avait décide de lui ôter la vie sans qu’il n’ai pu rien faire. Mais je savais que quoi qu’il se passerait je serais la pour elle. J’étais une femme forte, courage, affrontant la vie et ceux dans les plus durs situations possible mais en sa compagnie toutes mes croyances s’effacé, tout ce que je pensais vrai devenait faux, et elle bouleversait mon monde. C’était aussi pour Lysandre, protégé son enfant et sa femme coute que coute. Malgré mon amusement certains à pourrir la vie de mon frère enfance, nos disputes et nos taquinerie quand cela concertait la vie de Chloé ou de Léopoldine, j’aurais tué le monde, j’aurais tout fait sans prendre une seule seconde de réflexion. Tout ça se confirma quand je déposais mes yeux dans le petit berceau, la trouvant plus belle que jamais, plus douce et plus parfait que jamais. Je regardais Chloé, je la voyais fatiguée et malgré le fait qu’elle prenne ce qu’il fallait pour me le cacher je pouvais lire en elle comme dans un livre ouvert.

« Je l’imagine. Tu sais que tu peux m’appeler si tu a besoin d’une pause ? Je passerais un moment avec ma nièce avec plaisir. »

J’admirais en réalité Chloé, elle avait preuve d’une force incroyable face aux épreuves qu’elle avait vécu, elle avait passé la grossesse avait une force, un courage et le sourire sans jamais se plaindre une seule fois, et elle élevé ce petit ange de la même façon. Je savais qu’à sa place je n’aurais pas tenu et que j’aurais sans doute craqué plus d’une fois. Me montrer forte était une chose simple, c’était devenu ma seconde nature, mentir sur le bien fondé de mes émotions je le faisais désormais chaque jour, me cachant derrière mon travail et mon sport. Je n’avais jamais autant pratiqué la danse qu’en ce moment et ceux jusqu’à l’épuisement. Je souriais en m’installant dans le restaurant, bondé comme toujours. Ce quartier n’était jamais calme, une agitation, une constante folie tournait dans chacune des rues.

« On va prendre une salade grecque et une salade paysanne »

Je souris au serveur, n’ayant pas besoin de l’avis de Chloé, je la connaissais par cœur et j’aurais pu organiser une de ces journées sans grand soucis et sans erreur. Je souriais à Léopoldine.

« Je peux la prendre ? Elle me manque tellement. D’ailleurs tu viens manger samedi soir à la maison ? Je ferais livré Français pour toi »

J’étais totalement nulle en cuisine mais j’avais de bonne adresse et de bon traiteur. En réalité je ne prenais pas le temps d’apprendre à cuisiner, je me levais très tôt le matin pour aller au bureau dormant parfois juste une heure voir deux. Et le soir je passais des heures dans les cours de danse ou sur la patinoire avant de retourner bosser, j’avais perdu le gout de la vie et des choses simple.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Mar 15 Fév - 10:00

Scarlett commanda pour moi, elle connaissait parfaitement mes goûts à vrai dire ! J’étais difficile niveau alimentaire : Je détestais le coca cola, les moules, les choses trop sucrés, le poulet & j’en passe encore ! J’aimais que les plats sain qui me procurait un plaisir sain… Surtout depuis la fin de ma grossesse, j’avais fait énormément de sport & un régime draconien pour retrouver ma taille d’avant, j’avais toujours ce petit ventre qui persistait mais, tôt ou tard il partirait ! Scarlett me demanda si elle pouvait la prendre dans ses bras, c’est vrai que les gens ne peuvent s’empêcher de prendre un bébé dans leur bras, surtout lorsqu’il est aussi adorable que Léopoldine ! J’hocha de la tête & me leva pour la lui donner, je passa ma main sous sa nuque & la déposa au creux des bras de Scarlett, je vérifia que Léopoldine soit bien installé mais aussi Scarlett car, si celle était mal installée, Léopoldine allait l’être également mais, tout avait l’air de se passer pour le mieux alors, je repris ma place. Je profita de mes bras libres pour me servir un verre d’eau tandis que Scarlett & Léopoldine continuaient à faire connaissance. La scène me fit sourire, Léopoldine qui avait les yeux écarquillés & qui écoutaient attentivement la voix de Scarlett, peut-elle la reconnaissait-elle finalement ? Alors je sortis mon Iphone 4 pour capturer un moment de cette journée : la première rencontre de Scarlett & Léopoldie &, sûrement pas la dernière ! Léopoldine agitait ses bras pour exprimer son enthousiasme vis à vis des paroles que Scarlett lui prononçait. En un seul geste sur mon écran tactile, Scarlett & Léopoldine furent mon nouveau fond d’écran ! Les deux femmes de ma vie si j’ose dire, personne ne pouvait être plus importante que ses deux-là, nous étions des Shepperd après tout, nous étions une famille. Quand le mot « famille » résonna dans ma tête, j’eus un réellement pincement au cœur. Je baissa ma tête, la pensée de Lysandre m’avait saisi sans que je m’en rends compte. Cet homme, l’homme de ma vie, n’allait jamais avoir la chance de rencontrer Léopoldine, celle qui était sa chair. Je me demandais si là où il était, se sentait-il seul ? Si tel était le cas, nous saurions jusqu’à l’éternité des cœurs solitaires. Je me ressaisi lorsque Scarlett m’invita pour samedi déjeuner, je sentis que mes yeux étaient humides alors, je bus une autre gorgée d’eau pour ne pas qu’elle puisse les voir & répliqua après ma gorgée :

« Je viendrais avec Léopoldine si cela ne te dérange pas ! »

Je lui souris, elle connaissait mon goût pour la gastronomie française. J’étais la seule à manger mon fromage avec du pain, de manger des œufs brouillés uniquement le midi & de boire du café à tout heure avec un morceau de chocolat noir. Il y avait certaines habitudes que j’avais emporté avec moi de Paris, dieu seul sait combien j’aime cette ville ! Si vivante & belle. Mais j’avais choisi la vie australienne, c’était la meilleure pour éduquer ma fille loin du stress & d’un pays pessimiste. Je n’étais pas prête pour retourner à Paris, trop de mauvais souvenirs y résidaient à présent, je ne voulais pas les retrouver. Je posa mon coude sur la table & attrapa un morceau de pain :

« Bon arrêtons toute forme de politesse & parle-moi de garçons ! »

Je mordis dans mon morceau de pain avec un regard fasciné, n’ayant plus eu de relation amoureuse depuis exactement 10 mois, il fallait que Scarlett me nourrisse de ce cas-là même si je savais qu’elle n’était pas du genre coup d’un soir. Elle était sorti avec un certain Mattys mais, apparemment sa s’est terminé du jour au lendemain. Avait-elle encore des sentiments ? Sa je l’ignore mais, je me souvins de ses yeux qui brillaient & de sa voix qui chantonnaient lorsqu’elle me disait qu’elle avait rencard avec lui. Parfois j’avais envie de tomber amoureuse, d’être capable d’oublier Lysandre pour que tout tourments cessent mais hélas, personne ne pouvait être aussi bon & doux que mon défunt époux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Jeu 17 Fév - 6:07

Je ne connaissais personne de plus difficile que Chloé, elle avait des gouts si spéciaux que cela me faisait rire. J’étais plutôt du genre à manger tout et n’importe quoi sans prendre un gramme. J’aimais tout ce qui été gras, que ce soit les pizzas, les hamburgers, ou les hot-dogs, j’adorais le coca et tout ce qui été gazeux, en réalité sur ce point nous étions très différentes, mais nous différences nous rassemblait. J’aurais pu avoir une alimentation aussi bonne que celle de Chloé mais je n’en avais pas du tout la volonté. Je pris avec le plus de délicatesse Léopoldine dans mes bras, encore une fois tout devin presque rose, le monde semblait parfait et je souriais sans même me demander si ma carapace de fille dur et courage allait disparaitre, en réalité à cet instant précis plus rien n’avait d’importance, j’oubliais les préjugés, j’oubliais la haine de son monde et tout ces choses qui rendait la terre terrible et trop dur, j’oubliais que chaque jour j’ouvrais une nouvelle affaire de meurtre, voyant la mort dans son plus simple appareil. Elle était ma dose de calme, mon moment de douceur, comme un Kinder Maxi elle formait un nuage de bonheur ou je pouvais m’allonger et oublier le temps. Mais dès qu’elle se trouvait dans mes bras je pensais à Lysandre, en réalité cela faisait des nuits qu’il hantait mes rêves et que je voyais tout le mal que quelqu’un aurait pu lui faire et à cette simple pensée je voulais tuer, tuer le monde entier de m’avoir prit mon frère, mais le pire ce n’était pas moi ou le manque qu’il provoquait en moi, c’était elle. J’avais eu la chance d’avoir mon frère à moi pendant des années, de grandir avec lui et d’avoir des disputes comme tout les enfants en avait mais il avait été plus qu’un frère pour moi, c’était mon jumeau, mon meilleur ami, mon double, mon sang, ma vie. Et elle n’aurait pas la chance de connaitre ça, de voir son papa de ces yeux et de savoir à quel point il l’aimerait plus que ça propre vie. Et mon cœur se serrait à cette pensée, j’aurais tout donné pour qu’elle puisse ne passer qu’une seule minute avec lui, juste pour qu’elle puisse se dire qu’il était la, et qu’il pourrait dire ces mots qu’il m’avait dit un été alors que nous discutions de l’avenir « Tu sais quoi Scar’ le jour ou j’aurais des enfants, se sera le plus beau jour de ma vie » je n’avais jamais réellement prit sa sérieux et je comprenais désormais que c’était vrai.

« Comme ci ce magnifique petit ange pourrait me déranger … Ta blondeur te fait des tords ma belle »

C’était bien sur une douce plaisanterie. Je berçais tendrement sa petite fille quand le sujet fatidique arriva. Les garçons, je soupirais très doucement, à une époque j’aurais adoré discuter sur ça pendant des heures mais depuis peut c’était devenu le sujet que j’évitais le plus. En particulier quand cela touché Matthys. Je fis la grimace, j’évitais ces appels depuis des jours, des semaines, mail, texte, et même ses apparitions dans mon appartement était devenu impossible, je ne pouvais pas le voir.

« Parler garçons devant ta si jolie petite fille ? Je ne peux pas, je serais une tata horrible n’est ce pas mon ange »

C’était mon moyen à moi d’éviter la conversation. Je ne lui retournais pas la question ne voulant pas retourner des sujets durs ou blessant, je savais que Lysandre lui manquait en réalité je le lisais dans ces yeux sans qu’elle a même besoin de le dire, c’était évident puis si il me manquait à moi, je n’osais pas imaginer à quel point il lui manquait à elle. Je souris à l’entente de la musique à la radio je la regardais de mon air amusé

« Whoooo’s that chickkkkkk … ! »

Folle ? juste un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Sam 19 Fév - 10:58

Je savais bien que lorsque je disais garçon, cela voulait dire « Mattys » car ils avaient tout les deux une si belle histoire… Je n’avais jamais su pourquoi Scarlett avait rompu avec un homme aussi adorable & respectueux que Mattys. Je l’avais rencontré lors de mon dernier voyage en compagnie de Lysandre à Melbourne. Nous avions fait la vaisselle ensemble après avoir dîné tout les quatre & nous avons parlé politique, écologie, musique & nous avons même fait un débat sur l’étendu d’ikéa dans le monde ! C’était un homme qui avait de la conversation, parfois je me disais qu’il était bien plus romantique que Lysandre qui aimait se faire remarquer là où il allait ! Mais apparemment, ce n’était pas aujourd’hui que j’allais savoir ce qu’il était devenu ! Au lieu de sa, Scarlett préféra délicatement détourné la conversation en chantonnant une chanson qui passé à la radio. Nous avions les mêmes goûts musicaux & sa s’était un avantage lorsque ce type de chanson passé & que l’autre la chantonnait. Alors je me mis à bouger discrètement sur ma chaise au rythme de la musique & dit à ma fille avec un grand sourire :

« Ecoute ça ma fille ! C’est de la musique, de la vraie ! Babyy i just wanna daaaaaaaaance »

Scarlett avait réussi à me faire chanter dans le restaurant alors que je m’étais promis de ne pas me faire remarquer. Déjà que rien que par ma plastique je me faisais remarqué & lorsque j’avais Léopoldine cela n’avait fait qu’empirait alors à présent… Autant dire que j’avais une putain d’audace pour ne pas en avoir retenu une quelconque leçon ! D’ailleurs certaines personnes me regardaient amusés & d’autres mécontents mais je m’en fichais ! Cela faisait sourire ma fille & le reste n’était pas important ! J’aimais tellement Léopoldine que je serais prête à faire n’importe quoi pour la rendre heureuse, avant même qu’elle naisse je l’aimais déjà. Lorsque le serveur arriva avec nos salades, je m’arrêta net. Il était terriblement gêné & avait les joues en feux. Mais pourquoi donc ? Il n’avait jamais vu deux ( Voir trois ) jolies filles s’amuser ? Je ne lui donnait pas plus que la vingtaine, si ce n’était moins, sûrement un petit nouveau que Scarlett & moi n’avions pas encore traumatisé. Je fis un regard amusé à ma belle-sœur & on se comprit instantanément. Je mis mon coude sur la table & posa mon menton dans le creux de ma main & le regarda avec insistance.

« Pourrais-je avoir une carafe d’eau ? Vous seriez mignon… »

Il se mit à rougir de plus belles lorsque je lui montra mes dents blanches parfaitement alignées, à croire qu’il n’avait jamais parlé à une femme… Il hocha de la tête & murmura un « bien sûr » mais, avant qu’il ne parte, je mis un petit coup de pied à Scarlett pour qu’à son tour elle agisse pour tourmenter ce pauvre petit nouveau. Ce n’était pas de la méchanceté juste… Un petit jeu entre Scarlett & moi ! Auparavant on le faisait avec les vendeurs dans des magasins de vêtement en les faisant balader dans tout le magasin jusqu’à ce que l’on trouve la perle rare. C’était souvent comme sa que je me faisais des relations dans mon téléphone, je me faisais apprécié de la personne & op je l’avais dans ma poche ! A contrario j’essayais de leur filer des places de concert… C’est donnant-donnant n’est-ce pas ? Après tout, il faut donner pour recevoir &, lorsqu’il s’agissait d’une magnifique paire de Louboutin, je n’hésitais pas à donner de ma personne pour les obtenir à moitié prix ! J’avoue un goût particulier du luxe que je ne pouvais renoncer même si j’étais pauvre, j’en vendrais mon âme pour en avoir.

« Un instant… »

Je lança un regard vers Scarlett pour que le jeune homme pose ses yeux à présent sur elle. Un sourire maléfique se dessina déjà sur mon visage à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Dim 20 Fév - 9:22

Matthys me manquait même si j’étais bien trop fière pour l’avouer. Il avait à sa façon bouleversée ma vie, me tombant dessus sans que je ne puisse faire quelques choses pour surmonté ça. Il avait provoqué en moi un bordel incroyable, rendant toutes les choses que je pouvais ressentir différentes, je n’avais pas compris de suite que j’étais tombé totalement amoureuse de lui. Je n’étais pas prête spécialement à ceci mais ce fut la sensation la plus agréable du monde. Matthys était parfait, doux, délicat, gentil, gentleman et brillant. Nous pouvions passer à discuter de tout et de rien devant une pizza ou un plat de spaghettis. En réalité en sa compagnie j’oubliais en sa compagnie le travail et le monde semblait s’arrêter. J’avais entrevue ma vie avec lui pendant quelques temps, et tout avait semblé un peu plus facile simplement. Et rompre avec lui avait été la chose la plus dur que j’avais faite mais vivre sans Lysandre avait été beaucoup plus dur que ce que je pensais et il me manquait trop pour que je puisse envisager me sentir bien avec quelqu’un d’autre. Alors je fuyais bêtement, ignorant ces e-mails, ces textos, ces appels et les messages qu’il pouvait laisser à mon père … mais au fond il me manquait. Je tentais de ne pas pensé à lui ou de ne pas montrer à Chloé que oui il me manquait.

« Tu a vu chérie, ta maman elle est aussi folle que tata »

Je souriais fièrement de l’avoir fait changer en pleins milieu de se restaurant même si tout les regards semblaient braquer sur nous. Je souriais, je me fichais bien du regard des autres sur moi, en réalité j’étais juste moi dans ce monde ne me préoccupant pas des regards ou de l’avis que les gens avait sur moi. A une époque celle du lycée, j’aurais tout donné pour que les gens voient en moi plus que la petite sœur de Lysandre, j’avais vécu dans son ombre pendant longtemps, les quelques filles qui avait souhaité être mon ami, le voulait réellement parce que j’étais une Shepperd et que j’avais l’extrême chance d’avoir le numéro de Lysandre dans mes contacts. Mais nous ne sommes pas faites pour vivre dans l’ombre des autres. Le serveur arriva et je lui offris un sourire en voyant ma salade. Je ne pus m’empêcher d’esquiver un petit rire en voyant Chloé jouait de sa beauté pour attirer le serveur qui semblait déjà fondre à sa beauté. Mais c’était une chose vrai, Chloé était sans aucun doute l’une des plus belles femmes que je connaissais, sa taille parfaite, son regard d’ange, ses cheveux blonds doré, et sa classe naturelle ; j’enviais presque sa beauté et son glamour.

« Je prendrais volontiers de l’eau gazeuse mon cher »

Je déposais mon regard sur celui de Chloé, je compris directement le petit jeu de Chloé, je la pouvais lire en elle, et je connaissais trop bien cette petite taquinerie entre elle et moi. Je souris au serveur, lui offrant l’un de mon plus beau sourire et mon regard de tentatrice que j’avais appris à faire en quelques années. Je lui souris, je ne savais pas encore ce que j’allais lui demander mais j’avais la folle envie de m’amuser quelques secondes. Je souriais, lui faisant signe d’approcher doucement ne souhaitant pas lâcher ma petite nièce. J’attendis que son visage soit assez près du mien pour pouvoir lui parler dans le creux de l’oreille.

« Soyez mignon de satisfaire les désirs de mon ami et je serais ravie de vous offrir une soirée en ma compagnie »

Je murmurais doucement, en déposant mes lèvres dans le creux de son cou avant de lui murmuraient mon numéro de téléphone. Je ne souhaitais pas lui écrire pour voir si il serait assez intéressait pour le retenir. Il rougit et se dirigea vers les cuisines, je le vis entre temps sortir son téléphone et sans doute inscrire mon numéro. Je souris fièrement.

« Je crois que nous avons un admirateur ma douce »

Je souris à Chloé, croisant mes jambes sous la table. Je ne tournais pas mon visage vers le serveur regardant en souriant à ma belle sœur. Je berçais doucement Léopoldine avant de gouter ma salade.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Mer 23 Fév - 11:39

Quelle joueuse cette Scarlet décidément ! Sa voix enivrait complètement le serveur en question qui rougissait aux avances de Scarlett. Elle pouvait envoûter n’importe qui avec ses prunelles noirs en amande & sa peau dorée. Nous étions si différente elle & moi physiquement, elle brune & moi blonde. Un peu comme le ying & le yang, nous étions complémentaire. A nous deux, nous étions capable de retourner le restaurant & de faire fuir les clients ! De sacrés numéros diriez-vous. Scarlett se mit à lui murmurer des choses, vous pensez que c’était salace ? Car le serveur se mit à bouillonner de l’intérieur & de l’extérieur, je n’avais vu un homme dans cet état. Lorsque le serveur se retourna pour aller s’occuper d’autres tables, j’eus du mal à ne pas pouffer de rire tellement la situation était drôle. Vous devez sûrement pourquoi on fait sa ? Maltraité ce pauvre serveur ? Parce qu’il fallait bien rire de quelque chose hormis les rumeurs qui circulait sur Kelly Stavji, la fille la plus allumée de tout Melbourne ! Lorsque je vis ma salade césar sous mes yeux, j’en eus l’eau à la bouche : c’était le genre de chose simple qui comblait mon appétit ! Scarlett pensait sûrement qu’elle pouvait manger tout en berçant Léopoldine ? Je ne voulais pas que mon bébé reçoit de la salade dans la figure !

« Je vais récupérer ma fille je pense, sinon elle risque de s’endormir dans tes bras & crois-moi, sa a beau être tout à fait adorable, sa fait très mal au bras ! »

Je me leva & récupéra délicatement ma petite merveille. Je la souleva doucement pour déposer un baiser sur son front avant de la caler dans mes bras & me diriger vers la poussette pour l’installer. Tout en la bordant avec sa couette rose très épaisse, je dis à Scarlett :

« Dis-moi ma belle, tu compte répondre si ce soir le serveur mignon t’appelait ? »

Sa y est, je venais de trouver un surnom à ce serveur dont aucunes de nous ne connaissait l’identité, je l’avais tout simplement associé à son visage si chou & ses petits esprits d’enfant fragile & sage. C’est alors que Léopoldine se mit à chouiner, comme si elle manifestait son mécontentement de l’avoir arraché des bras de sa tante & pourtant, elle n’avait pas trop le choix : la fatigue tombait ! Alors je devais renoncer encore quelques minutes à ma salade pour faire des petits vas & viens à la poussette afin qu’elle se calme.

« chhuuuuut Leeloo, calme-toi »

Ma douce chaire avait le caractère de son paternel, les cris pour se faire remarquer & les battements de cils pour se faire aimer. Mais à seulement 1 mois, il était dure de savoir ce que Léopoldine voulait, je devais m’assurer de sa protection & de ses besoins, or ce cri signifiait une insatisfaction dans mon rôle de mère. Alors que l’angoisse avait absorbé toute l’oxygène dans ma tête, mon petit ange cessa ces hostilités pour me regarder de ses petits yeux gris comme si elle avait réussi à comprendre mes sentiments à ce moment-là. Etait-il possible qu’un enfant soit tellement lié à sa mère qu’il en connaisse la moindre émotion ? C’était question était loin d’être stupide & surtout à ce moment-là. Je passe mon index sur sa joue rose comme pour lui faire comprendre que j’étais là & que je ne m’en irais jamais. Dès le contact sur sa joue, ses petits doigts agrippèrent mon doigts & elle se mit à doucement à cligner des yeux : la fatigue l’emporta sur sa rébellion. De mon autre main, je prépara ma fourchette avec les multiples ingrédients & la fourra dans ma bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Mar 1 Mar - 8:09

Je laissais Chloé prendre doucement possession de sa fille, la trouvant comme toujours parfaite et adorable avec elle. Je l’envié d’avoir une petite chose aussi parfaite pour elle, bien que je doutais de mes capacités de mère fortement. C’était à mes yeux une bien trop grande responsabilité pour une fille dans mon genre. Mon travail me prenait tout mon temps et je passais des nuits à lutter contre le sommeil et les journées à travailler ou à me tuer dans le sport. Puis sans père avoir un enfant semblait quasiment impossible. Quand je voyais Chloé, je voyais en réalité tout ce que je ce que je ne serais jamais, une mère formidable doté d’un véritable dont pour la maternité, une femme si douce que le monde semblait presque « Peace and Love » à coté de tout ça. Je regardais la façon dont Léopoldine posait ses petits yeux d’anges sur sa maman, elles semblaient toute deux en parfaite harmonie, comme ci le monde n’était constitué que de leur amour et de le bonheur, comme ci elles ne faisaient qu’une. Elle se montrait très douce, et je réalisais en avalant une feuille de salade qu’elle ressemblait à ma maman, enfant elle aurait tout fait pour me rendre heureuse, et je me revoyais encore allonger dans ces bras les dimanches matin devant un film dont je ne comprenais pas tout. Je fus presque nostalgique à cet instant précis.

« Tu es vraiment une maman incroyable tu sais ça ? »

Je ris. Je n’étais pas du tout le genre de fille à s’envoyer en l’air avec n’importe qui, n’importe quand, n’ importe où. J’aimais les hommes c’était vrai et contrairement à ce que les gens pensait de moi au premier abord j’étais très douce quand je le voulais et mes relations sexuelles était très loin d’être un palmarès, encore un manque de temps du à mon travail. Puis je n’avais pas spécialement envie de quelqu’un d’autre que de Matthys. Il provoqué en moi des choses étrange que je n’avais jamais soupçonné avant et depuis notre rupture aucun homme n’avait posé ses mains sur moi, ce que je tenais secret bien sur.

« Bien sur que oui, j’ai besoin de distraction en ce moment »

Je souris de plus belle en mentant bien sur mais je refusais qu’elle s’inquiète pour moi pour une histoire de cœur qui ne se passait pas si bien et pour les sentiments que je cachais. J’avalais ma salade qui au passage était totalement délicieuse, avant d’envoyer un regard de diablesse au serveur qui semblait ne pas me lâcher lui aussi et au fond c’était agréable. Je plongeais mes yeux dans mon verre d’eau quelques secondes, regardant le calme, je n’entendais même pas les cris de ma nièce, totalement perdu dans mes pensées. Je pensais quelques secondes à Matthys et une immense boule me serra le ventre, je tentais de resté calme et de ne pas paniquer face à la prise de stress qui me gagnait. En réalité depuis quelques temps je gardais un terrible secret.

« Chloé, je peux te parler dans les toilettes quelques secondes ? Trop de mon ici »

Je me levais doucement, marchant jusqu’au toilette. Je m’installais sur le banc en marbre ou se trouvait les éviers en l’attendant. Mes mains se mirent à trembler et je tentais de rester calme. Puis elle passa la porte et je lui souris pour tenter de ne pas l’inquiéter.

« Ne panique pas s’il te plait, ne cris pas et ne me coupe pas. Tu n’es pas obliger de répondre à ça mais j’ai besoin d’en parler à quelqu’un » je respirais et pris mon courage à deux mains « Il y a quelques mois alors que je rentrais encore tard du travail j’ai du rentrer à pied ayant raté le dernier train et ma voiture était en panne alors voila, j’ai du emprunter des ruelles un peu sombre et je suis passé devant un bar ou un homme est sorti, il devait avoir 35-40 ans et il avait beaucoup bu, il à commencé à me vivre et m’a attrapé dans une ruelle, il m’a menaçait, il posait ces mains sur moi, il a arraché mon haut et a commencé à sortir une sorte de couteau de sa poche … Et j’ai paniqué … Je l’ai tué Chloé, je lui est ôté la vie … » je baissais le regard honteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   Lun 14 Mar - 2:52

Scarlett me complimenta sur mes talents de mère, je ne savais pas si ce qu’elle disait était vrai. Il y avait toujours meilleur que moi, cela allait de soi mais, étais-je la meilleure personne pour Léopoldine ? Si elle était tombée dans les mains d’une autre femme, celle-ci aurait été capable de mieux l’élever que je ne le faisais déjà ? Il ne suffisait pas que de vivre d’amour & d’eau fraîche pour qu’un enfant puisse s’épanouir, il fallait faire bien d’autres choses comme lui inculquer quelques valeurs, lui apprendre le bien & le mal. Certes, ma petite fille adorée n’avait qu’un mois mais, je songeais déjà à tout ses petits détails & cela bien avant qu’elle naquit. Je leva les yeux vers Scarlett qui maintenait toujours son adorable sourire, un vrai petit remontant pour moi.

« Je te croirais lorsque cette adorable bouche me le dira à son tour ! »

Je parlais bien entendu de Léopoldine, de lorsqu’elle se mettra à parler. J’avais hâte de nous voir nous raconter nos journées ! J’avais tellement à lui dire. Scarlett me fit part de son envie de distraction, elle parlait du serveur à coup sur. Elle était jeune, c’était normal qu’elle veuille s’amuser avant de se caser. Si j’aurais eu sa situation, je ne me serais pas gêné pour donner rendez-vous au serveur dans les toilettes à la fin de son service mais, le fantôme de Lysandre me hantait trop pour que je puisse m’abandonner à ce genre de plaisir charnel, j’aurais eu l’impression de le tromper, de salir le couple que nous avions formé dans le temps, de lui faire du mal même s’il est mort. C’est stupide non ? Pour moi il n’était pas complètement parti & je ne voulais pas qu’il parte tout de suite. C’est alors que son visage s’assombrit & que je sentis soudainement son esprit se fermer à moi, je ne saurais pas comment l’expliquer, mais je sentis quelque chose de louche tourner autour d’elle. J’avais le pressentiment qu’elle avait le cœur bien trop lourd pour son corps si léger.

« Scarlett ? Tout va bien ? »

Elle ne daigna pas lever ses yeux vers moi, elle se contenta de se lever & de me demander de la suivre. Et Léopoldine ? Heureusement que le jeune serveur passa par là & d’un regard autoritaire & pleins de menaces je lui fit :

« Veuille sur elle pendant mon absence, si lui arrive quoi que se soit, je viens chez toi te brouiller ce qui te sers de joujou pour ta main droite ».

Sur-ce, je n’attendis pas qu’il répond & partit suivre Scarlett qui m’inquiéta de plus en plus, elle voulait m’avouer quelque chose qui semblait inavouable puisqu’elle fuyait à moitié devant moi. Lorsque je passa la porte, je vis la jeune femme au teint bronzé assise près des lavabos essayant de trouver une position confortable pour ses mains. Elle leva la tête & me fit un sourire. Au fond de moi je fus rassurer, ce n’était pas si grave que je le pensais finalement ! Je m’appuya alors contre un mur & hocha de la tête pour qu’elle me raconte. Mais j’appréhenda déjà lorsqu’elle m’avertit, me laissant pas le temps d’en placer une. Puis elle avança dans son récit, puis je pensa que j’étais dans un rêve. J’avais eu du mal à saisir tout ce qu’elle disait, son récit me donna des hauts de cœur. C’était un récit assez court, tout comme la vie qu’elle avait ôté à cet homme. Je ne m’étais point aperçu que j’avais mis ma main sur mon cœur tout le long du récit, cette révélation me troubla.

« tu…Tué ? »

J’eus une bouffée de chaleur. Scarlett n’était pas censé distingué le bien du mal ? Allait-elle me tuer moi aussi ? Tout pleins d’idées stupides embrouillèrent mon cerveau mais, la plus censée prit le dessus : Léopoldine pouvait être en danger.

« Il faut que… Partir »

J’avais les jambes qui tremblèrent, je ne comprenais pas comment elles pouvaient avancer toutes seules alors qu’elles menaçaient de s’effondrer à tout moment. Lorsque je revins, je remercie le jeune homme & commença à mettre mon manteau, l’émotion m’avait fait oublier où j’étais, où était la sortie & où je devais aller. Je me sentais soudainement perdue & effrayée par la révélation de Scarlett. Elle avait tué un homme. Elle avait détruit la vie de quelqu’un sûrement comme quelqu’un avait détruit la mienne en tuant mon homme.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Déjeuner entre Tante, Mère & fille [ Scarlett a. ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chasse entre mère et fille
» Déjeuner entre collègues [PV : Sabrina Garrett]
» 02. Comme mère et fille.
» Tel mère, tel fille ♥[Momy and little Girl's Candria]
» Mémore Histoiremon, fille de Trivia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Australia, I love you ♥  :: Melbourne :: Quartiers :: Central Business District-
Sauter vers: