Australia, I love you ♥


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Nous avons besoin de vous, votez sur le top obssession ICI
NOUVELLE ADRESSE : http://australian-destiny.com
Le forum manque cruellement d'étudiants et d'hommes

Partagez | 
 

 ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 3:19


khloe tabitha bowen-delacroix

Khloe un bien joli prénom pour une histoire compliquée... mais mieux vaut ne pas trop compliquer les choses pour le moment hein ? Après tout, quand on la présente dans les grandes lignes, elle a tout pour être normale ! Aujourd'hui, elle vit sur ses moyens, plutôt modestes mais elle ne manque de rien, surtout de pas de bonheur puisqu'elle a tout ce qu'une jeune femme de vingt-quatre ans pourrait attendre de la vie : elle est mariée et garde de bons contacts avec sa "famille" (vous comprendrez les guillemets plus tard). C'est par le beau jour du 22 avril 1986 qu'elle est née, en Australie dans une petite ville dont le nom ne vaut pas la peine d'être mentionné. Facile de deviner qu'elle est logiquement taureau et qu'elle a le caractère qui va avec son signe ! A l'heure actuelle, elle est serveuse dans un café sans histoire, elle se tape des hommes, un homme plus particulièrement bien entendu et elle en est très heureuse, elle n'est plus hétérosexuelle mais quelque chose comme willsexuelle que ça plaise ou non à certains ou certaines, qu'importe ! Oh ne croyez pas, elle est consciente de sa chance même si elle n'en joue pas comme beaucoup pourraient le faire... Elle aime sa vie et en profite, point barre. Sinon elle est catholique baptisée et communiée, elle ne croit pas en Dieu (quoique) et sa vision des choses, c'est profiter avant tout.


raconte moi une histoire.
.
.

Chapter one ; i am a little girl

« Papa… J’me suis coincée le doigt. » Lèvres pincées, doigt douloureux, Khloe resta un instant à observer son père sans obtenir la moindre réponse. Les premières fois, elle s’en souvenait encore aujourd’hui, âgée de sept ans et le cerveau marqué par des cicatrices qui ne devraient pas être celles d’une gamine. L’homme observa sa fille un instant, sans rien dire, le regard vide… Elle savait très bien ce qu’il avait fait, à force, elle avait compris ce qui faisait qu’il était désormais comme ça, qu’il l’entendait à peine à cet instant précis. Des mouvements précipités dans la cuisine, qui laissaient tomber un verre dans un juron à grandes peines retenu. Pendant un instant, la petite fille baissa les yeux, réprimant un soupir, avant de se décider finalement, à grimper sur le fauteuil où son père végétait. Prenant soin de ne pas lui faire le moindre mal involontaire dans un de ses gestes, elle vint s’asseoir sur ses genoux, esquissant un sourire, se sentant comme chez elle, avant de se blottir contre son cou. Il y avait eu un temps où ils avaient été une famille « normale », où son père avait été heureux et où il n’avait pas trop bu pour venir la pousser à la balançoire. C’était cruel de lui avoir fait goûter ce bonheur pour l’enfermer dans une situation aussi étouffante à présent… comme si peu à peu, on lui arrachait de plus en plus de petits bonheurs quotidiens. Il empestait l’alcool, elle détestait cette odeur, mais elle ne dit rien, profitant de ce moment plutôt rare où son père n’avait pas bu au point de juste dormir… il était quelque chose comme semi conscient là au moins, hm ? « J’aime pas quand t’es comme ça, papa… » Elle avait à peine murmuré sa phrase, sans doute qu’il ne l’entendit même pas, alors qu’il s’endormait à moitié devant son match. « Khloe ! Viens me donner un coup de main. » Ce fut par un soupir las et presque silencieux que la petite fille répondit dans un premier temps. Qui sait, peut-être que sa mère avait remarqué que la petite fille était allée se lovée contre son père. Elle n’aimait pas trop ça, elle n’aimait pas que sa fille sente l’odeur d’alcool que dégageait son mari, comme si elle, avec ses clopes, elle sentait mieux ! Observant un instant son paternel, la petite fille finit par passer ses bras frêles autour du cou de celui-ci, dans un câlin qu’elle était la seule à faire à cet instant précis. « Je t’aime. » Et elle ne dit rien de plus, elle n’attendit pas de réponse avant de descendre des genoux de son père pour aller rejoindre la cuisine d’où sa mère l’avait appelée. A peine rentrée dans la pièce, la première chose qu’elle remarqua, c’est le soin avec lequel sa mère s’attardait à ranger chaque chose à sa place, bien qu’avec une certaine nervosité. Une clope entre les doigts, elle s’afférait à essayer de tout mettre en ordre, comme s’ils allaient avoir des invités d’ici peu. Légèrement hésitante, la petite fille s’était arrêtée à l’entrée de la pièce, observant sa mère, jusqu’à ce que celle-ci ne remarque sa présence. « Tu veux bien m’aider au lieu de rester inerte comme ça ?! » Elle parlait toujours fort quand elle avait pris ses médicaments. Le médecin lui en avait prescris contre la tristesse comme elle avait dit et aux yeux de sa fille, la femme n’en prenait que trop… Mais elle ne dit rien, comme pour son père, elle se contenta de laisser les affaires d’adultes aux adultes, pour aller s’affairer elle aussi, au ménage que sa mère avait décidé d’entreprendre. Bien entendu, elle ne fit rien comme l’attendait sa mère… mais qu’importe, passer derrière elle, c’était bien la seule chose de concrète qu’elle faisait finalement.


Chapter two ; and i've lost my mum and dad

« Khloe ? » La voix était légèrement hésitante, comme si une certaine peur suivait la personne qui avait parlé, comme si une appréhension régnait à présent dans la pièce, ôtant tout naturel à cette situation. La petite fille, Khloe, dix ans et visiblement terreur de bien des personnes, leva les yeux vers la femme qui avait interrompue sa lecture silencieuse et tout ce qu’il y avait de plus calme aux premiers abords. « Tu veux manger quelque chose ? » Un instant, l’enfant sembla hésiter, observant son interlocutrice avant finalement de signer négativement de la tête, avec une certaine froideur qui laissait transparaître la détermination qu’elle avait à indiquer cet énième refus. Elle avait dix ans et quelques mois et depuis cinq jours déjà, elle était chez les Bowen. Des gens tout ce qu’il y avait de plus sympathique, ils étaient pour ainsi dire… normaux et officiellement, elle s’appelait désormais Khloe Tabitha Bowen, alors que ceux-ci avaient eu sa garde après plusieurs mois de jugement… Elle ne voyait plus ses parents, elle ne verrait plus ses parents biologiques. Son père n’avait pas compris grand-chose de la situation, tandis que sa mère n’avait laissé que transparaître un lambeau de femme qui essayait vainement de lutter contre l’influence que ses pilules magiques pouvaient avoir sur sa vie. Elle les détestait, ces Bowen… elle les détestait parce qu’ils étaient venus la chercher, parce qu’ils l’avaient arrachée à sa famille… ou peut-être pour ne pas avoir été sa famille plus tôt. Ils avaient l’air heureux, ils souriaient, ils l’avaient grondée quand l’école avait appelé pour dire qu’elle n’était pas venue, ils lui faisaient à manger tous les midis, tous les soirs depuis qu’elle était là… Ils était tristement normaux, tristement parce qu’ils n’étaient pas ses parents au fond, et c’était une perspective qu’elle ne pouvait pas effacer… ils n’étaient pas ses parents mais ils étaient désormais ceux qui allaient s’occuper d’elle. Pourquoi est-ce qu’il avait fallu qu’ils attendent tout ce temps pour ENFIN s’occuper d’elle ?! Elle n’en avait pas eu besoin avant peut-être ?! Il avait fallu qu’elle soit assez grande pour sentir le coup de la fatalité s’abattre sur elle alors qu’elle était arrachée à ceux qui l’aimaient, malgré leurs rixes ?! Elle regrettait ses parents, elle s’en voulait pour les faire souffrir autant et elle se refusait ce petit bonheur auquel elle avait légitimement le droit, celui que les Bowen seraient parfaitement de taille à lui offrir. « Non merci. » Finit-elle par confirmer de vive voix, avant de rebaisser toute son attention sur son bouquin, faisant mine de s’y plonger une nouvelle fois, comme si tout le monde autour d’elle n’existait à nouveau plus. Damn, parfois elle aurait bien voulu qu’une telle chose arrive…


Chapter three ; but i've found my own way

« Allez n’importe quoi ! C’est qu’une sortie de classe, j’vais pas me droguer. » Elle s’était arrêtée au milieu des escaliers de la maison familiale. Certes, les bars de Sydney un vendredi soir, ce n’était pas franchement les meilleurs endroits pour aller faire une petite fête sympathique… disons que les parents étaient encore habitués à voir leurs enfants aller à des booms ! Mais ce soir, Khloe avait bel et bien l’intention de ne pas manquer cette fête ! Se tournant vers ceux qu’elle considérait désormais comme ses parents, elle leva les yeux au ciel, devinant rapidement qu’une « discussion familiale » pleine de prises de tête se profilait à l’horizon. Bon Dieu qu’elle détestait ça ! Elle pinça les lèvres en sentant le groupe familial se resserrer autour d’elle, monsieur et madame Bowen décidés à faire front face à leur fille tout juste adolescente, l’âge de la rébellion ! « Tu aurais du nous en parler plus tôt ! Ce soir ta mère et moi avons prévu de sortir Khloe et tu n’as aucun moyen de nous prévenir si tu as un problème. » ‘Papa’ ou l’homme qui avait l’art de parler d’une voix calme et posée en n’importe quelle circonstance, mais avec quand même assez d’autorité pour calmer le ton de la conversation. Pendant un instant, la jeune fille ne trouva rien à redire… certes, elle serait dans de beaux draps si ses parents ne pouvaient pas venir la chercher et qu’elle devait attendre une vingtaine de minutes, seule et dans les rues de Sydney. Mais finalement, elle trouva une réponse, rien que pour remuer une autre vilaine discussion qui sévissait chez les Bowen depuis DES MOIS déjà. « Vous avez qu’à m’acheter un portable. » Oui ces machins ancestraux qui avaient encore, à cette époque là, la taille d’un téléphone fixe et qui coûtaient une blinde ! Des mois et des mois qu’elle rabâchait les oreilles de ses parents pour en avoir un, mais rien n’y faisait ! Presque personne n’en avait mais au moins, elle aurait un tant soit peu la classe et elle pourrait joindre ses parents n’importe où et n’importe quand ! Seulement, ils ne voulaient toujours rien entendre. « C’est non pour ce soir Khloe. Ca t’apprendra à nous en parler plus tôt. » « Allez mais non ! C’était pas prévu et y’aura presque toute la classe, j’vais avoir l’air de quoi si j’y vais pas ?! » Eh oui, les premières années de lycée, où on veut obligatoirement bien s’intégrer parmi ses camarades, ne surtout pas passer pour la fille de bonne famille qui ne sort pas quand il fait nuit et qui fait tous ses devoirs… Certes, peut-être que prévenir vingt minutes avant qu’un paquet d’amis ne vienne la chercher, c’était un peu excessif mais bon, c’est comme ça qu’on force les parents à couper le cordon, non ?!


Chapter four ; ... well, i think

« Désolée je passe plus tôt j’ai eu un… » Elle était rentrée, c’est vrai, assez précipitamment, sans réellement prêter attention à ce qui pouvait ou non l’entourer, à ce qui pouvait ou non se trouver dans la chambre d’étudiant de son petit ami du moment. Elle en avait quelques uns de temps en temps depuis le début de son adolescence, des amourettes… là, elle avait presque pu croire à quelque chose de concret. Presque, jusqu’à cet instant précis. Elle s’était stoppée, sa culotte dans sa main pour la simple et bonne raison qu’elle l’avait enlevée en arrivant, dans l’objectif de la changer puisque les « problèmes de filles » s’étaient pointés plus tôt que prévu ! Incrédule, elle observa son petit ami qui s’était brusquement extirpé du lit, ainsi que la pétasse brune qui avait les yeux baissés, qui se mordillait la lèvre mais qui ne faisait surtout rien pour se rhabiller ou se barrer d’ici vite fait. Un moment de flottement, pendant lequel elle crut qu’ils allaient se regarder en chien de faïence pendant de longues minutes, jusqu’à s’endormir ou mourir d’ennui. Mais finalement IL se décida à ouvrir sa grande gueule, comme s’il pouvait avoir quoique ce soit à dire. « Khloe j’peux expl-… » Dans un mouvement, réflexe, elle avait reculé d’un pas pour lui échapper tandis qu’il s’était rapproché avec l’intention de l’homme qui essaye de se rattraper, celle qui veut qu’il lui attrape le bras ou quelque chose du genre, levant les mains comme pour lui faire signe de surtout, surtout ne pas finir cette phrase. « Expliquer… sans doute. » Oui il fallait un peu de temps pour qu’elle digère la pilule, ou qu’elle accepte le fait de s’être fait parfaite cocufier et ce, exactement trente minutes avant leurs censées retrouvailles. Certes, elle était plus jeune que lui, mais de deux ans à peine, certes, ils se voyaient moins souvent qu’il ne pouvait voir cette fille qui avait l’air d’être une étudiante également, certes, elle n’était pas parfaite, mais bon… y’avait des limites au foutage de gueule, hein ?! « Surtout je crois que je veux pas que tu cherches à expliquer. » Etrange, elle ne pleurait même pas, elle n’en avait même pas envie… c’était une chose qui serait arrivée à un moment ou à un autre et mieux valait que ça arrive après quatre mois de relation que le jour de leur mariage, hein ?! « J’t’en prie t’en vas pas. » Elle avait oui, reculé avec l’intention de s’en aller – sa culotte en main oui, mais c’était bien une chose qu’elle avait oubliée tiens – mais cette fois-ci, il eut vraiment le malheur de l’attraper par le bras. Geste réflexe pour se défaire de cette emprise, elle lui envoya sa culotte pleine de sang dans la tronche, sans ménagement, de sorte à ce qu’elle ne retombe pas, accrochée à son nez qui pointait largement force de ses mensonges ! « J’ai dit, surtout pas. » Elle aurait pu pleurer de honte rien qu’à voir sa lingerie sur la tronche de son désormais ex petit ami, elle aurait pu ricaner comme une folle en voyant sa tronche mais elle n’en fit rien, elle se contenta de partir, mâchoires crispées et fesses à l’air sous sa jupe… Tant pis, elle était célibataire maintenant, en plus !


Chapter five ; this all good life

« Pardon, je suis désolée vraiment… » Qu’elle était con ! A croire qu’elle voulait se faire virer son boulot à peine trouvé ! Tout juste célibataire et au chômage en plus, alors que l’idée de ne pas voir leur fifille entreprendre de longues études, venait tout juste d’être enfin acceptée par les parents Bowen, le pompom quoi ! Espérant intérieurement que son interlocuteur ne soit pas un genre de malade qui irait gueuler chez le patron, elle leva les yeux vers lui, se mordillant légèrement la lèvre tandis que son STUPIDE cerveau allait jusqu’à se demander si le café avait été si chaud que ça… Bien entendu qu’il avait été chaud, pour arranger le tout, puisqu’elle l’avait elle-même servi il y a de cela à peine une minute trente-deux (oui elle avait calculé le temps qu’il lui fallait pour faire un café et l’amener à la table la plus lointaine du café où elle bossait) ! A croire qu’elle était vraiment gourde aujourd’hui ! Ou maintenant en tout cas, puisque ce type était bien le seul qui s’était pris un café sur la chemise depuis ce matin… elle était maladroite certes, des fois, mais il ne fallait pas pousser quand même. Il eut un léger ricanement, et un petit sourire en coin, petites expressions qui la soulagèrent quelque peu, jusqu’à ce qu’il ne réponde enfin, après des secondes qu’elle vécut, comme de longues minutes. « Y a pas de mal mademoiselle… » Et la première réponse qu’elle fut capable de lui donner, c’est un haussement des sourcils, alors que ses yeux s’écarquillaient sans même qu’elle ne contrôle ce mouvement. Y’a pas de mal ?! Elle venait de lui cramer une bonne partie du corps et ce qu’il disait, c’est « y’a pas de mal » ?! Quoi il était insensible physiquement ou shooté ?! Ca faisait forcément mal, non ?! « Je viens de vous renverser du café brûlant sur votre chemise blanche… » Khloe ou le masochisme à son apogée ? Il était prêt à passer l’éponge mais elle semblait visiblement vouloir qu’il s’énerve, ou quelque chose du genre… ou peut-être qu’elle voulait juste encore et encore s’assurer qu’il ne soit pas en train de réprimer des larmes de douleur tout en lui parlant. Elle l’observa un instant, toujours aussi perplexe alors qu’il ne semblait ni souffrir, ni être énervé. Un extraterrestre c’est pas possible ! « En effet, mais c’est pas grave je vous dis… » O-Kay et ce, avec toute la perplexité du monde, c’est ce qu’elle aurait pu lui répondre tout en roulant des yeux, mais elle n’en fit rien… C’était gentil de sa part de ne pas gueuler, d’autant qu’elle n’était pas forcément en état de se défendre face à un patron et un client super énervés contre elle. Rapidement, son air perplexe se tendit légèrement, elle pinça les lèvres en l’observant, retenant un ricanement mal à l’aise qui naissait au creux de sa gorge. « C’est la honte quand même pour vous… » En parlant, elle avait fait quelque peu monter les larmes à ses yeux, tandis que l’air lui manquait un peu alors qu’elle retenait encore son ricanement. Bon Dieu, ce serait carrément déplacé de se moquer de ce pauvre homme et d’ailleurs, plus déplacé encore, c’est ce qu’elle venait de dire, si bien qu’elle rajouta rapidement, l’air de rien : « …et pour moi. » Oui, elle n’avait pas encore vraiment réfléchi à elle, mais ce serait aussi une belle honte pour elle, se faire virer pour un café renversé… Au moins, cette réflexion avait eu le don de calmer son envie de rire, si bien qu’elle avait repris son sérieux, alors que leurs regards se croisaient l’espace de quelques secondes, jusqu’à ce qu’il hausse les épaules. « On dira que c’est moi qui l’ai renversé comme ça se sera juste la honte pour moi. » C’est un sourire franc qu’elle ne put retenir à cette réponse, accompagné d’un léger ricanement à cette réplique plus qu’inattendue. Elle ne savait pas que les cafés ne Sydney permettaient de faire des rencontres pareilles, aussi anecdotiques et totalement marquantes… A cet instant précis, elle était sûre de se souvenir de cet homme pendant longtemps, elle n’avait sans doute pas encore projeté son avenir bien loin.


Chapter six ; i can't handle it !

« T’en penses quoi ? » Tournant sur elle-même en tenant les pans de sa robe, elle quitta la vision de son reflet dans le miroir pour regarder son interlocuteur. Le regard vif, les yeux brillants, il l’observa un instant, avant de… bouger légèrement la queue, tandis qu’il léger sursaut sur ses poils du dos se laissait entrevoir. Elle soupira longuement, fronçant les sourcils à l’adresse de son chat. Bettzey ou son seul compagnon de vie depuis qu’elle s’était faite cocufier par l’autre connard et ce soir, elle allait sortir, encore, avec William… Les choses avaient été simples au début, on ne peut plus simple. Il était beau, gentil, attachant, gentleman… bref, une agréable compagnie pour le soir, elle ne pouvait certainement pas demander mieux. Même Hugh Grant ne lui arrivait pas à la cheville, c’est dire ! Mais voilà que pour une fois, elle se prenait la tête… pour une robe ! Elle voulait que ce soir, ce soit parfait. Elle ne voulait pas sortir avec lui comme elle serait sortie avec n’importe quel autre type. Il était différent, elle le savait, elle le sentait… dans son palpitant, là, qui battait au fond de sa poitrine, et qui ne put s’empêcher de battre avec plus de fougue alors qu’elle pensait à lui. Un soupir, et elle s’allongea sans faire attention à sa coiffure, fixant le plafond avant de replier son bras et d’abattre son avant-bras sur ses yeux, réfléchissant de longues secondes avant de finalement… « Bet’ l’amour c’est compliqué. » Elle resta un instant sans rien dire, à fixer le plafond comme si elle attendait une réponse, une phrase gentille de la part de l’animal qui, bien entendu, ne fut même pas troublé par ce qu’elle disait : attends, il était en train de se lécher la patte quoi ! « T’as de la chance d’être un chat. » Avait-elle alors soufflé en se décidant finalement à se lever. Non, elle n’irait pas jusqu’à lui poser un lapin pour se laisser le temps de réfléchir, tout simplement parce qu’elle avait envie… de le voir. Elle n’allait pas passer cette chance après tout ! Chance… oui, c’était une chance au fond, de pouvoir rencontrer un garçon pareil. Mais est-ce que ça valait vraiment le coup ? Il était français (pas étonnant qu’il soit classe !) et il repartirait certainement dans son pays une fois qu’il aurait fini ses études ou une fois qu’il en aurait marre… Il ne lui demanderait pas de venir avec lui, elle n’en aurait peut-être même pas la force… Alors bon, ça valait le coup de s’attacher ? Que de questions sans queue ni tête, pourquoi pour cette fois MAGIQUE elle ne pouvait pas profiter juste de l’instant présent ?! Allez ma fille… Elle passa une main dans ses cheveux, les remettant à peu près en ordre avant de finalement laisser sa robe comme elle était, enfiler ses escarpins et sortir enfin… Pour arriver sans doute avec quelque chose comme douze minutes de retard, mais qu’importe, il était là quand elle était arrivée et il avait souri en la voyant, c’était tout ce qui importait.


Chapter seven ; OMG.

« Maman, c’est moi… J’t’appelle parce que… j’ai un truc assez cool à vous raconter à papa et toi et… Et voilà, j’voulais qu’on trouve une date pour ça. Un soir, dans la semaine ou quand vous aurez le temps. Ca presse pas… enfin, si quand même ! Bref, rappelle-moi et on verra. Bisous. » Elle raccrocha, allongée sur le lit de leur chambre, toujours ce sourire aux lèvres. Sans doute que son ton de voix avait parlé pour elle, heureusement qu’elle était seule dans l’appartement à cet instant précis : ni de William, ni de Thomas… Elle et elle seule. Et Bet’, qui dormait quelque part, donc en gros, personne pour balancer à Will’ ce sourire lumineux qu’elle avait fixé sur ses lèvres depuis qu’elle s’était levée. Profitant du silence dans la pièce, elle leva la main vers le plafond, étirant ses doigts un moment, avant de les regarder plus attentivement. Et voilà que son sourire s’étendait un peu plus encore au coin de sa bouche, en fixant le petit solitaire accroché à la bague qu’elle avait à l’annulaire. Besoin d’un dessin ? Oui, peut-être, elle-même avait du mal à y croire… Les choses étaient arrivées tellement vite, on pouvait presque croire qu’ils avaient agi sur un coup de tête ! Ils en avaient même jamais parlé… d’un potentiel mariage ou de quelconques fiançailles. C’était arrivé. Et qui sait, c’était peut-être comme ça que l’amour fonctionnait. L’amour, oui l’amour… Elle était amoureuse, folle amoureuse, comme une princesse dans les contes de fées, elle n’avait même pas essuyé assez de déboires amoureux pour avoir une pointe d’amertume ou de crainte ! Elle profitait, elle savourait ce bonheur et cette fois-ci, elle était ravie de pouvoir penser à toute cette histoire en solitaire… elle en avait bien besoin, sentir son cœur battre avec plaisir dans sa poitrine, sentir chaque seconde être plus parfaite que la précédente. C’était ça, le bonheur le plus simple, mais c’était bien celui dont elle avait envie. Pas besoin de se prendre la tête avec l’avenir… juste le moment présent, unique, celui qu’elle consommait à cet instant précis, toute seule dans sa chambre. N’importe quelle autre femme serait déjà sur un site internet en train de farfouiller à la recherche du faire part de mariage parfait. Elle, elle n’avait encore rien fait, elle ne pensait même pas à ce mariage. Elle pensait à lui, à eux, à elle, là… A ce qu’ils feraient quand il rentrerait, au programme télé de ce soir, qui sait, ils pourraient se regarder quelque chose tous les deux ou sortir au cinéma… C’était simple, vu comme ça, l’amour.


Chapter eight ; Hell yeah.

« Mademoiselle Khloe Tabitha Bowen, acceptez vous de prendre comme légitime époux Monsieur William David Delacroix, ici présent ? » Ils étaient enfin arrivés à ce moment là, tandis que la messe avait semblé durer de longues heures. Elle n’aurait jamais cru pouvoir être aussi impatiente de parler et pourtant, c’était le cas à cet instant précis, alors que le corset de sa robe lui laminait la poitrine, alors qu’elle sentait sa jarretelle se faire la malle et qu’elle avait plus que jamais envie d’être enfin déclarée comme femme Delacroix, et pas comme pêcheuse hors mariage ! Pourtant, là, elle n’avait pas franchement prêté attention aux paroles du prêtre, tandis qu’elle serrait de plus en plus fort la main de William dans la sienne, sans même s’en rendre compte. Son cœur ? Elle avait l’impression qu’il ne battait plus tant il allait à toute allure dans sa poitrine, elle avait plus de salive que besoin dans la gorge, bref, tout fonctionnait à merveille dans son corps, tandis que son cerveau lui, était déjà plusieurs minutes plus tard, où elle embrasserait enfin son MARI après avoir attendu tout ce temps depuis qu’ils étaient levés et qu’ils préparaient cette cérémonie un peu au dernier moment : les imprévus de dernière minute, c’est bien connu, ça n’arrive jamais aux bons moments ! « Carrément ! » Le pire étant, qu’en disant ça, elle avait largement sourit, sans pour autant détacher son regard de celui de William, captivée par ses yeux, par l’instant présent, jusqu’à se rendre compte de sa bourde. Elle regarda alors le prêtre, reprenant son sérieux, masquant son sourire l’espace de quelques secondes pour parler à nouveau, d’un air certainement plus solennel, c’est mieux : « Pardon, oui, je le veux. » Voilà, c’était dit, en plus des fameuses phrases de fidélité, les vœux écrits la veille et tout le tralala, elle avait prononcé les derniers mots. Oui elle le voulait, plus que tout, oui elle voulait enfin tracer une ligne directive à sa vie, elle voulait se promettre un bel avenir… Avec lui, certainement. «Monsieur William David Delacroix, acceptez vous de prendre comme légitime épouse Mademoiselle Khloe Tabitha Bowen , ici présente ? » Un sourire revint se dessiner sur ses lèvres, alors qu’elle attendait presque fébrilement qu’il réponde (sachant pertinemment qu’il dirait oui, évidemment !) pour pouvoir enfin profiter de cette nouvelle vie, profiter de son mari et de toute la superbe soirée qui allait suivre, de tout ce qui allait être parfaitement parfait, puisque ce serait avec lui. « Oui, je la veux. » Elle étendit son sourire, le regard brillant, rivé sur William tandis que plus rien n’existait sans doute. «Je vous déclare mari et femme, vous pouvez maintenant embrasser la mariée. » Aucun d’eux ne se fit visiblement prier, puisqu’ils vinrent lier leurs lèvres devant toute cette assemblée, échangeant un rapide regard avant de profiter de leur baiser, le premier en tant que mariés, le premier d’une longue lignée, ça c’est sûr, qu’on se projette ou non loin dans l’avenir.

tell me your dirty little secret.
.
.
Bonjour à vous ici bas ! Vous accueillez en ce saint endroit (a) MARY-W. alias m'amour âgée de 18 ans oui, bien vieille et autorisée à faire ce qu'elle veut =P Je suis étudiante en archéologie, j'ai eu mon bac whouhou donc à moi la vie d'étudiants ! Je suis une geek avérée et maladive, je passe en moyenne 5 (7 plutôt mais 5 ça fait plus sérieux) jours par semaine. Je tombe rarement malade, j'ai quelques tuiles qui peuvent arriver dans ma vie mais hormis ça, rares sont mes absences x) Sinon je me lève tous les matins à 6h48 après que mon téléphone ait sonné quatre fois toutes les trois minutes... Je mange des tartines de pain le matin et je bois ni café, ni thé, ni chocolat, je bois de l'eau le matin ! Je dors dans des draps TOKIO HOTEL et TWILIGHT achetés chez la redoute. Je me lave les oreilles quand je sens que c'est crade xDD ou relativement souvent parce que où j'habite, il fait froid ! Où j'habite d'ailleurs ?! Au pays où Jude Law et Robert Downey Junior sont venus y'a deux semaiiiiines !!!! *ç* Pas d'idée ?! Le pays de la choucroute et de la flammekuche, inculte x)
Sinon le code du règlement c'est OK by Apo' (a) j'ai connu le foum grâce à tout le monde sait qui et je jouerai ici la divine, merveilleuse et franchement plus que talentueuse Natalie Portman xP So love me please et PS ; Alors oui, Black Swan est sans doute un superbe film mais rien ne vaut Natalie dans Léon (a)


Dernière édition par Khloe T. Bowen-Delacroix le Ven 25 Fév - 15:18, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thomas A. Delacroix
thomas. •• i'm batman

avatar

▌AUSTRALIAN DEPUIS : 08/08/2010
▌MESSAGES : 1043
▌ADRESSE : BONDI - SYDNEY

.BECAUSE WE LOVE EVERYBODY;
♥ Votre Avatar: Jensen ACKLES
♠ Mon avis sur l'Australie:
♥ Ils sont ma vie:

MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 3:24

Bienvenue chérie du petit frère !
Bon courage pour la suite de ta fiche.

♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕

YOU LOVE THE WAY YOU LIE ϟ Si l'amour m'effraie tant, c'est simplement par peur de devoir un jour me décrocher de la personne qui m'aura suivie, connue et surtout aimée. S'attacher c'est bien, se détacher ça fait mal. Alors, suis-je vraiment contraint à aller plus loin que le salut dans une relation ? Ça, il n'y a que moi qui puisse en décider. novalee avery boween


Votez pour le forum !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 3:31

N'AMOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUR
Welcomme ♥️
Comme toujours, merci d'avoir pris mon énième scénar xD
Si tu as des questions, tu sais où me trouver, je suis partout où tu es (a) (ou presque xD)

MDRRRRRR Les draps Tokio hotel et Twilight de la redoute !!!!
Ces vieux délires quand même xD
Promis, le 7 mai, tu recevras les draps Vampires Diary, ce sera mon cadeau pour tes 19 ans xD

Punaise Black Swan
Jte jure jvais tuer ma mère si elle continue de me dire "On ira au cinéma, demain" et qu'on y va jamais ><
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 3:37

Merciii BF squatteur de chez nous '


M'AMOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUR
Sankiou et de rien ♥️ et oui je sais où te trouver, bien entendu x)

AHN TROP COOL ! Je dormirai dans Paul !
Ce sera le plus beau cadeau de ma viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie

J'te rassure, me neither je l'ai pas vu XD
Courage m'amour tu le verras, ON le verra !
♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 3:55

Bienvenue parmi nous :D !
PORTMAN ♥
Oula tu as déjà deux hommes à tes pieds on dirait MDRRR
Bonne continuation pour ta fiche ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 3:57

DIANNADIANNADIANNAAAAAA ♥♥♥♥
Merci beaucoup :D
A mes pieds ? Noooon je vis juste avec (aa)
Quoique, y'en a juste un qui craque trop sur mes stripteases, ça lui porte préjudice c'est vrai =P
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 5:54

WELCOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOME ♥ ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 6:28

MADAMEACKLES ♥ ♥
Gracias ! x)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 9:23

OH, Tokio Hotel ? QU'ON LA CHASSE D'AUSTRALIE ! Bienvenue sur le forum bon courage pour ta fiche & surtout... Super prénom ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 10:05

Yeahhh un homonyme !
Merciiii *-*

Et faut aimer Tokio Hotel (a) t'en fais pas c'est juste un délire XD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 23:27

J'aime ta fiche mi amor ♥

Et Tokio Hotel c'est la vie quoi, Bill, il est TROP sexy sérieux ! *baff*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 23:54

Gracias mi hombre ♥️

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii avec son rimel dans les yeux
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   Ven 25 Fév - 23:56

Je t'ai ajouté au groupe Bondi; mais peux tu rajouter le code qui se trouve dans le règlement ? Je déplacerais ta fiche ensuite ;)

EDIT : il y est x) Je vous assure les gens je n'ai pas encore bu
Bon jeu (:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞   

Revenir en haut Aller en bas
 
♣ KTB+D - ❝ love, eat and pray, god said ❞
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» eat pray love, 28.05 - 20:42
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Australia, I love you ♥  :: The Beginning :: Tell me something about you :: Fiches Terminées-
Sauter vers: