Australia, I love you ♥


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Nous avons besoin de vous, votez sur le top obssession ICI
NOUVELLE ADRESSE : http://australian-destiny.com
Le forum manque cruellement d'étudiants et d'hommes

Partagez | 
 

 We are family ! [Ethan & Capryce ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: We are family ! [Ethan & Capryce ]   Sam 5 Mar - 6:21


We are Family ♥


    Mon dieu comme j'étais stressée ! Je n'avais pas vraiment de raisons de l'être pourtant, c'était mon frère, pourquoi être stressée de retrouver son frère ? Oui, bon, ok, quand on ne l'a pas vu depuis des années, il y a des raisons d'avoir la boule au ventre et d'être enthousiaste au point de devenir une pile électrique mais je me sentais mille fois pire ! Depuis que j'étais montée dans ce taxi, je n'arrêtais pas de gigoter sur mon siège et le chauffeur m'avais déjà demandé deux fois si je voulais qu'il s'arrête pour que j'aille aux toilettes. Mais, je parlais avec lui sans vraiment m'en rendre compte, je pense même que d'ici deux minutes, j'aurais totalement oublié le sujet de notre conversation. Je venais de me faire 24 heures d'avion avec une escale à Singapour mais il avait fallu que je reste pendant 5 heures dans l'aéroport. J'aurais pus prendre une chambre d'hôtel, ce n'étais certainement pas ce qui manquait dans cette ville mais il ne fallait pas que je dorme, si je m'endormais maintenant, il serait impossible de me réveiller. Je m'étais donc enfilé cafés sur cafés avant de remonter à bord d'un autre avion.
    Il ne fallait pas que je me plaigne : j'avais réussis à avoir un billet en 1ere classe et regarder Inception, Slumdog millionnaire et quelques épisodes de Friends n'étais pas désagréable non plus. Non, je crois que le plus chiant était la vieille (bourrique) assise près de moi qui ne cessait pas de me parler de l'enterrement de son fils auquel elle devait se rendre à Melbourne mais qui l'avait obligée à laisser ses chats à la concierge de son immeuble. Heureusement qu'elle avais fini par s'endormir parce que sinon je l'aurais assommée avec son plateau repas.
    J'essayais toujours de dormir un minimum et pour cela, je me remémorais des souvenir d'enfance et me posais des questions idiote du genre "Ethan va-t-il me reconnaitre ?", " Peut être qu'en réalité il n'est pas du tout en Australie mais sur une île en plein milieu du Pacifique avec des centaines de filles autour de lui ", "Et si c'était moi qui ne le reconnaissais pas ?".
    Non, c'était impossible que je ne le reconnaisse pas. C'était mon frère jumeau, mon double, mon meilleur ami doublé d'un conseiller en amour hors pair ! non, je le reconnaitrais forcément. Oubliée la rancune que j'avais eus des années plus tôt lorsqu'il était parti, les menaces de mort envers lui si je le croisais un jour et les soirées entières à pleurer : j'allais retrouver mon frère et c'était le plus beau jour de ma vie.

    Je me souvenais de tous les voyages que nous avions fait tous les deux, nos parents étant trop occupés et notre frère trop jeune : les États-Unis, l'Égypte, la Pologne et surtout le Brésil. Le Brésil restait l'un de mes meilleur souvenir avec lui. Nous y étions allés pendant le carnaval de Rio. Nos parents avaient prétextés une grippe très contagieuse auprès de notre école pour que nous puissions partir tranquillement. Nous avions 17 ans et une immense envie de faire la fête. Nous avions été servis ! Une semaine entière de musique, de danses, de couleur, d'éclate totale ! Je ne m'étais jamais autant amusée de toute ma vie. Parce que lorsque j'étais avec Ethan, nous étions comme les meilleurs amis du monde, mais les vrai meilleurs amis ce qui changeait de l'attitude de rebelle qu'il avait à la maison. Parce que si j'étais restée à peu près sage toute mon enfance et mon adolescence, ça n'avait pas été le cas d'Ethan. Si seulement nos parents avaient sût ne serait-ce que un tiers des "bêtises" qu'il avait fait, je crois que nous serions encore dans nos chambre, condamnés à une punition éternelle. Mais bien sûr, j'étais là pour le couvrir et inversement. Il me manquait tellement depuis toutes ces années !

    Je sentis la voiture s'arrêter devant une petite maison plutôt joli. Je la regardais pendant quelques instants jusqu'à ce que le chauffeur me dise qu'il fallait que je sorte parce qu'il avait d'autres courses à faire. Je me suis donc poliment excusée, l'ait payé et ai pris les valises qu'il avait déposés sur le trottoir.
    Je pris donc l'ensemble de mes bagages et m'avançais dans l'allée. J'avais chaud, mes vêtements étaient froissés, mes cheveux mêlés et je tremblais comme une feuille.
    Je déposais mes valises prés de la porte et appuyais sur la sonnette. J'entendis du bruit à l'intérieur de la maison, quelqu'un ouvrit la porte ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: We are family ! [Ethan & Capryce ]   Dim 13 Mar - 3:24

Je me réveillais doucement. J’avais une impression bizarre que je n’arrivais pas à expliquer. J’avais mal aux jambes, des courbatures sans doute due à tout le sport que j’avais fait la veille. J’avais mal au dos également mais ça, ça venait du lit trop dur et trop miteux de mon appartement. Je ne me levais pas tout de suite et regardai le plafond de mon appartement pendant quelques minutes, sans trop réagir à mon réveil qui venait de s’allumer. Je n’avais pas à travailler aujourd’hui, j’avais juste oublié de l’éteindre la veille, voilà pourquoi il sonnait alors que je n’avais pas à me lever pour une fois. Instinctivement, je fis le tour de mon appartement du regard. Je l’appelais appartement mais en réalité, il ne s’agissait que d’une partie d’une maison. Je louais le rez-de-chaussée, ou une partie de celui-ci en tout cas, et d’autres jeunes vivaient à l’étage et dans les autres parties de la maison. Je ne les connaissais pas encore et je n’avais pas cherché à les connaitre d’ailleurs.

Après mes quelques minutes de réflexion, je me levais. Le lit craqua doucement et je me dirigeais vers le bureau où était posé mon portable. D’un geste endormi, je l’éteins dans le but de ne plus entendre ce bip strident qui me cassait les oreilles depuis quelques minutes maintenant. J’avais légèrement honte d’habiter dans un logement aussi piteux. Il ne ressemblait pas à grand-chose. Je n’avais pas encore eu le temps de le personnaliser et de ce fait, la pièce restait très sobre. Pourtant, quand j’avais découvert le dehors de la maisonnette, elle m’avait tout de suite plu. Elle était belle de l’extérieur. Dommage qu’elle ne soit pas dans un état pareil à l’intérieur. Mais bon, quand on sait le montant du loyer, il n’y a pas trop à s’étonner. C’est alors que je me dis qu’il faudrait que je déménage dès que j’aurais assez d’argent. Je verrais cela dans quelques mois…

Je me rendis à la cuisine, petite pièce de quelques mètres carrés, dans le but de me préparer quelque chose qui pourrait ressembler à un petit déjeuner. Je n’avais pas eu le temps d’aller faire les courses de la semaine et par conséquent, il ne me restait que du café soluble et quelques tranches de pain de mie que je devrais manger crues. Tant pis, j’allais devoir me contenter de cela. Je commençai alors à me servir une tasse de café quand j’entendis la sonnette d’entrée retentir dans le couloir. Nous avions une sonnette commune avec les autres mais j’étais celui qui était le plus près de la porte d’entrée. Et allez savoir pourquoi, ce matin j’étais d’humeur à ouvrir la porte. Néanmoins, j’étais loin de m’attendre à la personne que je verrais derrière la porte.

J’ouvris bientôt la porte, essayant de me montrer le mieux réveiller possible et j’eus le plaisir de voir une jolie jeune femme de mon âge. Au premier regard, je ne la reconnu pas mais après seulement quelques secondes, ma bouche s’ouvrit et rien ne pu en sortir. Elle était là, cette sœur que je n’avais pas vu depuis sept ans, qui me manquait chaque jour plus encore, que j’aimais plus que tout au monde mais également que j’avais quitté du jour au lendemain avec seulement une lettre. Ma première pensée fut l’incompréhension. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi elle était là, comment elle m’avait retrouvé. Après quelques instants de silence néanmoins, j’arrivais à sortir un mot, un unique mot, quelque chose qui me permettrait de confirmer que je ne me faisais pas des hallucinations.

ETHAN : Capryce ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: We are family ! [Ethan & Capryce ]   Dim 20 Mar - 9:53

    - Capryce ?

    Je me forçais de marquer un sourire naturel et chaleureux sur mon visage mais je sentais bien que ma nervosité devait rendre un tout autre résultat du genre crispé un peu niaise. Mais je m'en fichais, j'avais retrouvé ma moitié, mon meilleur ami, mon confident, mon psy, mon conseillé conjugal privé, bref, mon frère. C'était d'ailleurs peu être pour cela que je m'étais lancée dans la psychologie ? Pour remplacer tout ce qu'Ethan était pour moi ... Hum ... il faudrait que je pense à réfléchir à ça un peu plus tard, c'était une théorie extrêmement intéressante.
    J'avais bien remarqué qu'il ne m'avais pas reconnu tout de suite en ouvrant la porte mais je pense que j'arriverais à lui pardonné assez vite, j'avais plutôt beaucoup changer depuis mes 18 ans. Contrairement à ce que moi j'aurais pu penser de lui, il était resté presque le même, avec 7 ans de plus et un physique de top modèle.
    Je ne pus me retenir plus longtemps et allais me blottir dans ses bras en réprimant une larme.

    - Oh mon dieu, Ethan.


    J'avais très souvent imaginé nos retrouvailles et je pense même que j'avais fais le tour de toutes les situations possibles et imaginables dans lesquelles nous aurions pus nous retrouver. La première avait été quelques jours seulement après son départ. Il rentrait, me disait qu'il avait fait une erreur, qu'il ne pouvait pas me laisser seule ici et qu'il serait toujours là pour moi. Il y avait ensuite eut la théorie de la rencontre dans la rue à Paris : il cherchait à se cacher mais je l'aurais reconnu et nous serions partis ensemble. Plus les années passait et plus les situations devenaient loufoques : Je le voyais à la télé, il était devenu présentateur du journal ou alors il était devenu chanteur et me dédiait des chansons, ... J'avais passer des soirées à m'imaginer ce moment mais c'était tellement mieux maintenant. Je savais que je ne rêvais pas que enfin, je l'avais retrouvé même si je l'avais un peu pris de court en débarquant en Australie pour le retrouver. Je devais avouer que je n'avais jamais penser à l'idée de le revoir en Australie.
    Une chaleur se propageait petit à petit en moi. Je me sentais bien.

    - Si tu savais comme tu m'as manquer.

    Et encore, c'était peu de le dire ! Combien de fois est ce que je m'étais dis "Si seulement j'avais fais ça avec Ethan" ou "Ethan aurait adoré faire ça" ? Sans doutes des centaines. Mais ces dernières années, j'avais quelque peu abandonné l'idée de pouvoir le revoir. ça faisait tellement longtemps, il devait être loin à mener la belle vie sur une plage ensoleillée des Caraïbes. Et puis j'ai reçus ce coups de fil il y a environ un mois d'un ami d'Ethan qui me disait qu'il avait garder du courrier pour lui et que je devais peu être lui envoyer. Bien sûr, je lui avait dit que je ne savais pas où il se trouvait et ce ami m'avait répondu le plus simplement du monde "Ah bon, il est plus en Australie ?". Imaginez ma surprise lorsque cet idiot m'a appris qu'il avait son adresse depuis longtemps mais qu'il pensait que ce serait à moi de lui envoyer ce paquet. J'ai donc pris l'adresse de mon frère et ai préparé toutes mes affaires pour faire le voyage jusqu'à Melbourne sans prendre la peine de le prévenir.
    Mais je m'en fichais, je l'avais retrouvé et c'était le plus important.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: We are family ! [Ethan & Capryce ]   Sam 26 Mar - 5:57

A peine avais-je terminé ma phrase que je me retrouvais pris dans un enlacement assez étrange. Si on m’avait dit la veille ou même cinq minutes plus tôt que ma sœur viendrait, je n’y aurais jamais cru et j’aurais sans doute ri au nez de mon interlocuteur, aussi gentil aurait-il été. Et pourtant si, c’était bien elle. Quand elle prononça mon prénom, j’eu cette confirmation que j’attendais. Ce n’était pas un rêve mais bel et bien la réalité. Sans trop réfléchir, je la serrais à mon tour dans mes bras, pensant que c’était ce qu’elle aurait voulu. Je ne voulais pas la décevoir, je l’avais assez fait comme cela et pourtant, j’avais un sentiment assez mitigé à cet instant là. Par réflexe, je lui répondis :

ETHAN :
Toi aussi tu m’as manqué ma puce !

C’était vrai. Jamais je ne lui mentirais, pas à elle. Mais les questions s’entassaient les unes après les autres dans ma tête sans que je ne puisse les arrêter. J’aurais dû être heureux de revoir ma sœur perdue de vue depuis si longtemps. Je supposais que c’était le cas. Mais une partie de moi me disait de me méfier, sans trop savoir pourquoi. Oui, j’avais peur, peur que mes parents me retrouvent et que ma vie pleine de liberté en finisse. J’avais beau être majeur maintenant, s’ils me retrouvaient, s’en était terminé pour moi. Est-ce qu’ils étaient au courant du voyage de ma sœur ? Est-ce qu’elle leur avait donné mon adresse ? Ou même à notre petit frère ? Mais je savais très bien que ce n’était pas le moment de parler de tout cela. On aurait sans doute tout le temps plus tard maintenant qu’elle était là.

ETHAN : Je n’arrive pas à y croire.

Et je relâchais mon étreinte et les mains sur ses épaules, je la regardais de la tête aux pieds. Elle avait énormément changé depuis la dernière fois que je l’avais vu. Notre ressemblance me paraissait même moins évidente qu’avant, même si nous nous ressemblions toujours énormément. Ses cheveux me paraissaient beaucoup plus longs et son visage légèrement plus fin. Elle était d’une beauté infinie et à ce moment, je ne pus m’empêcher de penser que si elle restait, il allait falloir que je surveille ses fréquentations encore plus qu’avant. J’avais soudainement plein de choses à lui dire et je ne savais pas par où commencer. Finalement, je lui ouvris naturellement plus grand la porte pour qu’elle puisse passer et je l’invitais à entrer.

ETHAN :
Vas-y rentre, on sera mieux à l’intérieur vu la chaleur qu’il fait dehors. Je te préviens, c’est loin d’être la maison de notre enfance mais bon, c’est toujours mieux que de vivre dans la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: We are family ! [Ethan & Capryce ]   Lun 11 Avr - 3:20

Je sentais une certaine retenue dans les mouvements de mon frère mais je mis cela sur le compte de la surprise, moi même j'avais du mal à croire que j'étais vraiment avec lui.
Après une longue étreinte, il me pris par es épaules et me toisa de la tête aux pieds et, par réflexe, j'en fis de même. Il était devenu tellement beau ! Enfin, il ne l'était pas devenu, il l'avait toujours été, mais avec quelques année de plus et cet air à peine réveillé, il était à croquer. Il était mon double, en homme. Non pas que je me trouve à croquer, ... enfin, un peu quand même, mais je préfère rester un brin modeste.
Ethan m'invita à entrer. Je pris mes bagages et franchis le seuil de la porte. Il ajouta que ça ne valait pas la maison de notre enfance.

- Ne t'en fais pas, tant que nous sommes ensemble, tout me va

Répondis-je en lui souriant. La maison était, en effet, petite, faisait-elle la moitié de notre appartement à Paris ? Je n'en étais pas certaine mais au moins, c'était une maison calme. Je n'entendais pas les nuisances sonore parisiennes auxquelles nous avions eut droit pendant des années.
Je posais mes affaires dans la pièce et je vis le regard d'Ethan se poser sur ma valise.

- J'avais pensé que je pourrais rester ici quelques jours, le temps de trouver quelque chose dans le quartier, j'ai quelques économies et je me suis renseignée sur les prix des logements ici, ça devrait être dans mes moyens, ce n'est que l'affaire de quelques jours, je ne veux pas t'embêter trop longtemps.
Je suppose que tu te demande comment je t'ai retrouver n'est ce pas ?
Lui demandais-je.

Je lui fit donc le récit du coups de fil de son pote, du courrier et de la boulette qu'il avait faite.

- J'ai donc décidé de venir te retrouver ici. Je t'aurais bien appelé mais je n'avais pas ton numéro et je voulais vérifier par moi même que ton ami ne m'avait pas raconté des crack. SI tu avais vu la tête de maman quand je lui ai dis que je partais vivre à l'étranger ! Ajoutais-je dans un rire, Mais ne t'en fais pas, elle pense que je suis en Angleterre, et il en est de même pour toute la famille, personne ne sait où je suis réellement, j'ai fais de mon mieux pour être discrète.

J'avais déjà passé quelques mois au Royaume-uni pendant mes études et officiellement, j'étais retournée à Oxford pour retrouver mes amis et y faire ma vie. Mon mensonge était très bien passé auprès des parents mais notre petit frère restait pour le moins sceptique. Je pense qu'il soupçonnait le fait que j'aille retrouver Ethan mais il n'avait aucun moyen de me retrouver. Du moins en théorie.

- Et toi, tu as fais quoi pendant toutes ces années ? j'ai reçu tes lettres les premiers temps, tu avais l'air de bien t'amuser !

J'allais m'assoir sur le canapé du petit salon, attendant le récit des aventures de mon frère adoré.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: We are family ! [Ethan & Capryce ]   Mar 19 Avr - 16:33

Tant que nous étions ensemble ? C'est vrai qu'elle était sans doute venu pour cela mais toutes mes questions qui n'en seraient bientôt plus m'empêchaient de réfléchir correctement. J'avais tellement envie d'être avec elle et qu'elle reste avec moi que je n'imaginais déjà plus la voir partir, même si je n'avais encore aucune idée sur si elle comptait repartir ou non.

- Surtout qu'on a du temps à rattraper et beaucoup de choses à se raconter !

C'est quand je la vis entrer avec sa grosse valise que je commençais à me poser des questions. Elle était peut-être venu directement après être sortie du train, ou de l'avion, qui sait. Nous n'avions pas encore échangé plus de paroles que cela et avouons que ce n'est pas tout les gens qui se trimballent avec une valise comme celle-ci dans toute la ville. Capryce finit bientôt par me confier ses intentions, sans doute à cause de ce fameux regard que je ne pouvais enlever de l'objet. Les révélations de ma soeur me remuèrent. En effet, j'étais partagé entre la joie qu'elle reste près de moi, puisqu'elle comptait s'installer en ville à priori et le fait qu'elle veuille s'installer dans mon minuscule appartement qui était déjà limite trop petit pour moi tout seul. Je me demandais surtout comment nous allions faire vu le peu de place, même si je ne voyais aucun inconvénient à ce qu'elle reste là. En même temps, connaissant ma soeur, je n'avais pas trop le choix...

- C'est que comme tu le vois, ce n'est pas bien grand... Mais je suppose qu'on va pouvoir s'arranger ne t'inquiètes pas. Et au pire, on se serrera dans mon lit une place ou on mettra un matelas par terre, ce n'est pas un problème.

Ce ne serait ni la première, ni la dernière fois que nous dormirions ensemble. Petit, nous avions même une chambre pour deux avec des lits superposés. Naturellement, j'avais toujours pris celui du haut, prétextant que c'était pour la sécurité de ma sœur. Genre c'est moins grave si c'est moi qui tombe et tout le tralala. Bien sûr, en réalité, c'était juste parce que je préférais être en hauteur mais bon... Le principal est que j'avais eu mon lit en haut !

- Et dans tous les cas, tu m'embêteras jamais. Tu peux rester aussi longtemps que tu veux ! Tu risques même d'en avoir marre avant moi tu sais ?!

Et vint le moment où Capryce finit par me déballer tout sur pourquoi et surtout comment elle était arrivé ici. Je m'étais assis sur une chaise qui trainait, lui laissant le lit disponible – je n'avais pas mieux à proposer de toute façon – et je l'avais écouté attentivement et en silence jusqu'à ce qu'elle ait terminé. Mes pensées allèrent alors de mon fameux « pote » qui avait fait la bêtise de dévoiler mon secret à ma famille dont les souvenirs refirent surface. Tout se mélangeait dans ma tête à ne plus savoir quelle attitude adopter. J'étais joyeux et confus, surpris aussi, toujours autant depuis l'arrivée de ma soeur en fait... Mais lorsqu'elle me confia que ma famille n'était au courant de rien, ce fut le soulagement qui prit le dessus sur tout.

- Merci de ne rien avoir dit à la famille. Si tu savais comme je m'en veux de t'avoir abandonné comme ça aussi longtemps avec si peu de nouvelles. Je ne pouvais tellement plus supporter la famille et leurs bonnes manières que partir sans rien dire à personne m'a semblé être la meilleure solution !


Je regrettais réellement, même si ces 7 années avaient été les meilleures de ma vie et de loin. L'absence de ma jumelle avait pesé dès le premier jour. Son sourire, sa bonne humeur, sa simple présence avaient été une totale absence dans ma vie que je remarquais à chaque instant, comme si il me manquait une partie de moi-même. Mais au fond, nous avions ce lien de sang qui me permettait de savoir qu'elle allait bien sans même la voir. Dès qu'elle en eut terminé avec ses explications, elle voulut tout savoir de ma vie. C'était un peu rapide pour moi mais je la connaissais par coeur et je voulais me résigner au moindre de ses désirs, ce pourquoi je ne perdis pas une minute de plus, ne rentrant pas pour autant dans tous les détails.

- Disons que j'ai énormément voyagé. J'ai fait quasiment tous les pays possible et imaginable. J'ai découvert de nouvelles cultures, de nouvelles langues... Ca a été vraiment enrichissant. J'ai continué mes études partiellement aussi mais finalement, je me suis installé ici depuis quelques mois. Je crois qu'il était temps que je me pose après toutes ces années d'aventure. C'était vraiment génial et oui, je me suis amusé comme un fou, mais il y a un temps pour tout.

Je me doutais qu'elle attendait plus de choses croustillantes, qu'elle voulait tout savoir mais en réalité, je ne savais pas vraiment quoi lui dire sur toutes mes aventures. Il y avait eu des filles, des fêtes, des rires, des pleurs, des séparations, des moments de folies, d'apprentissage, des moments de doute aussi. J'étais passé par tellement de phases qui m'avaient toutes fait grandir d'ailleurs et qui m'avaient toutes apprit quelque chose. Tout ce que j'en avait conclu c'est que maintenant, j'avais envie de passer à autre chose et de me poser. Pourquoi pas trouver une fille sympa avec qui faire ma vie plus tard, ou un garçon pourquoi pas... Je verrais bien.

- Je change de sujet pendant que j'y pense encore... Tu parlais tout à l'heure de tes économies, de trouver un endroit... Maintenant que j'ai un boulot à peu près stable, j'aimerais trouver mieux moi aussi parce que ici... Disons que ça devient bizarre à force. Donc tu ne voudrais pas disons d'un jumeau comme colocataire ? On pourrait trouver un appartement dans nos prix pour tout les deux...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: We are family ! [Ethan & Capryce ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
We are family ! [Ethan & Capryce ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La parabole des ténèbres - partie 3 [Ethan]
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}
» Mélodies du soir, alchimie des passions [Ethan]
» Ethan Hudson
» Ethan dégage, voici Liam, pour votre plus grand plaisir ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Australia, I love you ♥  :: Melbourne :: Quartiers :: St Kilda-
Sauter vers: