Australia, I love you ♥


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Nous avons besoin de vous, votez sur le top obssession ICI
NOUVELLE ADRESSE : http://australian-destiny.com
Le forum manque cruellement d'étudiants et d'hommes

Partagez | 
 

 Matthys • i don't forget you but it's so complicated

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Matthys • i don't forget you but it's so complicated   Mar 8 Mar - 6:25



La matinée était étrangement sombre, une grise pale et salasse s’étendait dans les cieux offrant une image tiré d’un film d’horreur. Une grosse brume blanchâtre couvrait quand a elle le sol. C’était frustrant et effrayant. Scarlett avait la sensation d’être perdu, comme si le soleil n’allait jamais revenir. Sur le rebord de Sa fenêtre elle regardait l’horizon du moins le peu qu’elle puisse le voir. La brume couvrait tellement le sol que Scarlett ne le voyait à quelques mètres à peine. Elle plissait son regard, fermant légèrement ses yeux dans l’espoir de voir des détails plus net mais rien la brume prenait toute la beauté de la vue qui s’offrait de son balcon. Pourtant cette ville était plutôt habituée au soleil, rarement les rayons du soleil disparaissaient mais ce matin cela semblait différent. Elle sentait déjà que quelques choses allaient changer mais elle ignorait encore la nature de ce changement. Elle restait la sans bouger comme si elle était paralysée, comme si ses deux pieds étaient collés sur le sol blanc de sa chambre. En réalité elle ne savait pas ou aller, elle l’impression d’être un peu perdu, ses jambes maigrichonnes tremblaient jusqu'à ce qu’elle reprenne conscience, secouant son visage, comme pour se dire réveille toi Scarlett réveille toi. Prenant bien appuie sur ses deux jambes, elle s’approchait de son lit, qu’elle fit, avec plus de force que d’habitude. Se dépêchant, allant à une vitesse qui l’étonna elle-même.

Elle alla directement en direction de la salle de bain, elle se plongeait corps et âme sous une bonne douche chaude. Elle laissa l’eau le long de mon visage, le levant même vers la paume pour profiter des biens faits de cette chaleur qui la détendait totalement. Au bout de quinze minutes, elle attrapait le peignoir blanc qui se tenait à gauche de la douche ; posant ses pieds sur le calage froid, elle frissonnait. Glissant ses pieds dans une paire de pantoufles en rose clair. Le miroir flou à cause de la vapeur l’empêcher de voir son reflet, elle avait l’impression d’être invisible, elle passait donc un coup de main et laissait apparaitre son visage, humide et pâle. Elle ne c’était jamais considérais comme une jolie fille, simplement elle essayer de ne pas se plaindre et l’avis des autres l’avaient longtemps était sans intérêt. Quittant la pièce, elle rejoignit sa chambre, toujours aussi sombre, elle qui pourtant offrait des teintes clair tel que le blanc et le rose Elle s’asseyait quelques minutes jambes croisées sur son lit, pensant à ses envies, Reprenant ses esprits, en se secouant le visage elle ouvrit l’armoire ou ses vêtements étaient disposés. Elle attrapait un jean short et un tee shirt trop grand pour elle qu'elle plaça sous un veston puis sorti, tentant comme chaque matin de ne pas glisser dans l'escalier.

Scarlett prit un taxi jusqu'au conservatoire ou elle s'entraina pendant plusieurs heures, la danse était son seul moyen de rester en vie, d'oublier toute sa peine et sa douleur. Elle se libérée juste de son malêtre à travers quelques pas de danse. Au bout de plusieurs heures, elle prit une douche rapide, laissant ces cheveux doucement humide tombé dans son dos, elle avait perdu l'habitude de se maquiller cela n'ayant aucune importance en réalité. Elle sorti du conservatoire, n'affichant aucune grande expression, elle n'était que l'ombre d'elle même. Elle marcha jusqu'au café le plus proche, commandant sa boisson préféré, un double latté caramel avec une touche de vanille. Alors qu'en sortant elle chercha dans son sac son portable, son corps entra en collision dans un autre et ce qu'elle évitait depuis des jours, des semaines étaient devant elle " Matthys " lanca-t'elle en plongeant ces yeux dans les siens. En quelques secondes la douleur se fut un peu plus profonde que d'habitude, son simple regard la troublé au plus profond de son âme " Je dois y aller " elle recula et se retourna, elle fuyais, encore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Matthys • i don't forget you but it's so complicated   Mer 9 Mar - 10:16


Des secondes. Des heures. Des matinées. Des après-midi. Des jours. Encore et encore. Ce serait lassant à la fin. Mais Matthys n’avait pas vraiment ce que l’on appelle le choix. Il avait tout essayé pour lui parler. En vain. Prendre des nouvelles par son père relevait de l’exploit sachant ses journées de travail de plus en plus rapide, et les mail ou appels ne servaient plus à rien. Scarlett avait coupé tout moyen qu’il pouvait utiliser pour lui parler. Même aller chez elle ne servait à rien. « C’est fini ». Deux mots pour terminer le plus vite et court possible une relation. Ce n’était pas du tout ce à quoi il s’attendait, surtout de la femme qu’il aimait et avec laquelle il avait déjà projeté un avenir. Ce matin, c’était donc encore perdu qu’il se levait. Enfin, d’abord il contemplait le plafond de sa chambre. Les questions qu’il avait fait taire la veille revenaient à la charge. Beaucoup de "pourquoi" sans de réponses plus claires que "parce que". Heureusement, dans un certain sens, c’était le weekend. Pas de travail et pas de patron, alias le père de Scarlett. Le jeudi devenait un jour triste sans sa présence et le travail de Matthys se faisait ressentir. Tomber amoureux, avant de venir ici, il ne l’aurait pas pensé. Il y avait juste eu – avant d’arriver en Australie – des amourettes d’une nuit, mais rien de sérieux. Alors se trouver nez-à-nez avec une femme aussi séduisante et intelligente que la jeune brune avec qui il avait été en couple, c’était sa transformation en gentleman amoureux. Et apparemment, ça lui allait bien. Personnellement, il se sentait mieux en tout cas et son père l’avait remarqué au téléphone. Sauf que le rêve avait désenchanté.

Après sa contemplation du bleu clair qui ornait le haut de sa chambre, Matthys se décidait à se mettre debout, non sans mal. Les nuits se rétrécissaient, laissant de belles cernes lui rappelant que le sommeil est indispensable à l’homme. Si c’était si facile. Allez, on s’étire et on essaye de rendre la journée plus belle que la dernière. Une douche rapide et une sortie en ville. Ce n’était peut-être pas la meilleure idée d’ailleurs. Chaque endroit rappelait un moment particulier avec Scarlett. Ce nom seul faisait des frissons à Matthys. Il devait lui parler, même si elle fuyait. Il parcourait les ruelles sans lever vraiment la tête, sauf pour éviter les gens. Et plus la journée défilait, plus il pensait à elle et il voulait ces réponses qu’il patientait pour avoir depuis ces dernières semaines. Il aurait voulu une lettre, juste quelques lignes pour comprendre. Mais elle avait juste édifié un grand mur entre eux, sans rien d’autre. Pour calmer ses nerfs et méninges qui surchauffaient en ce moment, il marchait vers le café du coin de Melbourne.

"Un double latté caramel avec une touche de vanille". Voilà ce qu’elle aurait prit et ce qui aurait fait sourire Matthys. Mais rien. Juste sa commande et déjà reparti. Ce qu’il pensait, mais qui ne se réalisa pas. Tête baissée, il bousculait une jeune femme. Les yeux sur le visage de celle qui pensait être une inconnue, son cœur fit un bond. Le hasard pouvait bien faire les choses apparemment. Elle était là, devant lui. Elle venait de prononcer son nom, ce qui le fit sourire discrètement. Elle ne l’avait pas oublié. Ce n’était pas fini alors ? Yeux dans les yeux, il la regardait. Ça faisait tellement longtemps que la revoir était comme un second souffle, comme si le temps s’était arrêté depuis qu’ils s’étaient séparés. À peine le bonheur retrouvé, elle repartie. Il la retint par la main, l’obligeant à lui faire face. " Ne pars pas Scarlett " Il aurait voulu lui dire cette phrase qu’ils avaient partagé et qu’ils avait éprouvé l’un pour l’autre, mais ce serait trop peu de mots. " S’il te plait, parle-moi " Un appel au secours, mais qui ne tente rien n’a rien, n’est-ce pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Matthys • i don't forget you but it's so complicated   Jeu 10 Mar - 5:34

Remettre un pied dans la danse était en réalité la chose la plus difficile que je n’avais jamais faite. J’avais abandonné l’espoir même de remettre le pied dans un chausson rose un jour, cette blessure à la cheville ayant détruit mes rêves d’enfants. Je n’avais jamais oublié les paroles de mon médecin « Je suis désolé » ce fut comme l’arrangé l’essence même de mon âme. C’était en réalité la seule chose qui me tenait en vie désormais, mon corps frêle vacillant dans les airs tel un oiseau, je flottais dans l’espoir qu’un jour notre monde serait meilleur et que ma vie prendrait un tournant différent. Ce fut sans aucun doute les deux mois les plus longs de ma vie, j’avais lu chacun des ses e-mails versant toutes les larmes de mon cœur, j’avais lu tout ce qu’il avait pu m’envoyer pleurant seule dans un coin de mon appartement. Puis il était là, devant moi et encore une fois mon corps me criait de fuir et de partir en courant. Je n’étais pas faible, loin de la, j’étais une femme forte, indépendante, me plongeant corps et âme dans la police et ce qui composait ma vie. Je n’étais jamais tombé amoureuse, j’avais eu des relations bien sur, comme tout le monde mais je n’avais jamais ressenti quelques choses de très fort, et mes sentiments pour Matthys l’étaient et me terrifier.

Je reculais, fixant mon café étale en petite et moyenne goute sur mon tee-shirt blanc, soupirant doucement, j’attrapais ma veste que j’enfilais, sentant déjà les regards des autres se déposait sur moi. Il n’avait pas changé, en deux moi il était toujours le même, aussi beau et parfait, l’évitait n’était pas simple, changer de rues lorsque son regard croisé le mien, ne pas lire ses mails ou ces texto, ce fut très long d’être une chose simple. Il déposa ses mains sur les miennes, il tira doucement mon corps vers le sien et nos regards se plongèrent pendant de longues secondes interminable "« Matthys… » a cet instant précis j’avais deux solutions prendre mes jambes à mon coup et fuir rapidement ou resté à l’écouter peut être accepter de faire des concession pour vivre notre histoire. Mon corps me disait de partir et mon cœur de rester. Je sortis du café, pour laisser les gens rentrer dans le café, je laissais mon corps s’appuyait sur l’appuie de fenêtre « Parler de quoi ? Tu dois m’oublier, ne m’appelle plus, ne m’envoie plus de mail ou je ne sais quoi, s’il te plait … Je ne peux pas rester, je suis attendu » c’était faux bien sur, c’était une simple excuse pour fuir une nouvelle fois. Je le senti blessé, et je pouvais ressentir sa peine à travers son regard et je fus prise d’une envie de m’excuser ou de dire des choses que je devrais peut être dire mais au fond pourquoi insister ? J’avais pris ma décision il y a déjà deux mois de cela « Ecoute Matthys je suis désolée si je t’ai fait espérer quelques choses entre toi et moi mais j’ai eu tord. Prend soin de toi okay ? » je déposais doucement mes lèvres sur sa joue, prenant mon sac sur mon épaule, prête à partir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Matthys • i don't forget you but it's so complicated   Mer 16 Mar - 9:19


Au départ, Matthys pensait qu’elle n’avait pas changé, mais en voyant bien ses yeux, ainsi que son visage et son corps, elle avait changé. Elle n’avait pas l’air en forme, c’était flagrant, même si elle essayait éperdument de lui faire croire le contraire. Pourquoi voulait-elle lui mentir ? Avait-elle peur de ne pas être assez forte pour tenir un dialogue avec lui. Fuir, la mauvaise décision, mais pouvait-il la blâmer en ayant déjà utilisé cette solution à mainte reprise. Et bien non, normalement pas. Sauf qu’avec ses mots, il n’avait pas l’air de comprendre si elle avait réellement conscience qu’il tenait à elle, encore et toujours, et que cet amour qu’il gardait en lui ne s’éteindrait pas. Jamais. C’était bien le but de l’amour, que ce sentiment ne disparaisse jamais entièrement et laisse juste des cicatrices, regrets ou de la peine. En ce moment, il ne savait pas exactement quoi ressentir, si ce n’était la douleur de ne pas pouvoir être avec elle. Elle répétait une deuxième fois son prénom. De l’espoir, oh oui, mais peut-être en avait-il trop. Il la suivait, simplement. Son café n’avait aucune importance. Il espérait juste qu’elle change d’avis, qu’elle lui parle tout simplement, il voulait qu’elle lui explique. Mais les prochains mots de Scarlett ne furent pas ceux auxquels il s’attendait. On appellerait ça un « vent » si ce n’était pas plutôt un « clash total ». Elle venait de mettre fin à tous ses espoirs. Oh non, pas exactement tous. Elle voulait partir, mais laisser partir la personne que l’on aime serait la plus grande erreur de sa vie. La peine l’avait tout de même emporté finalement, contre son gré d’ailleurs.

Et encore des mots. Là, ce serait cette image que tout le monde essaye de décrypter mais qui est tellement dur à soutenir : le poignard dans le cœur. Certains diraient que c’était une grande douleur profonde, dans son cas, c’était au sens littéral. Le poignarder là où étaient refermés ses sentiments pour elle, la mort en quelque sorte. Ses lèvres furent encore comme une lame sur sa joue. Il la voyait déjà s’éloigner, mais il n’allait pas rester là, non. À nouveau, il la rattrapait pour prendre cette fois-ci son poignet et la contourner pour se mettre face à elle. L’embrasser, il en mourrait d’envie. Lui crier, hurler, chanter même combien il l’aime, il l’aimerait tellement aussi. Sauf qu’il ne pouvait pas. " Dis-moi que tu ne m’aimes plus ". Il savait que ce n’était pas comme dans les films où la personne ne rend compte qu’en fait, l’homme ou la femme de sa vie était la personne qu’il était prêt à quitter. " Dans les yeux ". Mais autant se prendre une claque jusqu’au bout. Il ne relâcherait pas son poignet, comme il ne rapprocherait un peu d’elle, comme il la fixerait jusqu’à ce qu’elle lui dise, comme il ne craquera pas devant elle. Il continuerait de travailler dans l’entreprise de son père et continuerait de préserver l’espoir de la voir, de lui parler et l’embrasser. Passer à autre chose ne lui était pas permit, son amour pour elle étant trop fort. Comment oublier une femme comme elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Matthys • i don't forget you but it's so complicated   Sam 19 Mar - 4:36

Je n’avais jamais ressenti quelques choses comme ça, je ne pensais pas qu’être amoureuse pouvait être si fort, si douloureux et si bon à la fois. J’avais toujours cru que la vie était magique, pleine de rêve et de bonheur, une association parfaite entre le bien et le mal. Un bonheur absolu que l’on vivait chaque jour de nos vies et que même si le malheur existait, il ne tenait qu’une place minime dans nos vies. La vie, plus ou moins courte selon les personnes, une seule chose fatal ; la mort. La chose la plus affreuse et douloureuse, je la connaissais par cœur comme si elle m’avait touché au plus profond de mon être mais c’étais le cas, j’étais sa victime. Je croyais pourtant vivre ma vie à ses cotés le plus longtemps possible, l’homme de ma vie. J’avais trouver l’amour, le grand amour, L’amour est un sentiment envers un être ou une chose qui pousse les personnes qui le ressentent à adopter un comportement, plus ou moins rationnel, les entraînant principalement à rechercher une proximité pouvant être tendre, physique, passionnée, intellectuelle, spirituelle, voire imaginaire, vis-à-vis de l'objet de cet amour. C’est tellement simple, l’amour, tellement possible, l’amour, a qui l’entend regarde autour a qui le veut vraiment. Alors pourquoi l’amour ne m’offrait pas la chance de ressentir ça à mon tour et de me sentir vivant juste une fois. Je le voulais, je voulais juste le prend dans mes bras, respirait son odeur et le sentir contre moi. Je me retenais de ne pas céder une nouvelle fois même si je n’attendais que ça. Mes yeux se plongèrent dans les siens et il était beau, encore plus beau que la dernière fois que je l’avais vu.

Encore une fois deux choix d’imposait à moi, je fermais les yeux tentant de faire le bon choix, je pouvais partir, rentré à la maison retrouver ma solitude, faire comme ci tout aller bien et passer à nos occupations habituel d’ami éternel, ou alors je pouvais saisir ma chance d’être heureuse, et de ressentir quelques choses un jour peut être ? En réalité la notion de bonheur et d’amour me sembler si compliqué, j’avais vu mes parents s’aimaient plus que n’importe qui, et ne jamais cesser de ressentir l’envie de moi aussi trouver un aussi un jour, et c’était lui, si c’était lui ce quelqu’un. Je le fixais, regardant nos yeux se croisaient, nos corps se désiraient et se cachais derrière des mensonges « Tu es un parfait idiot tu sais ça ? » je soupirais attrapant son bras et plaquant mes lèvres sur les siennes, l’embrassant avec tendresse et amour, capturant chaque seconde magique de ce moment. Ce fut le baiser le plus long de l’histoire des baisers mais le plus délicieux aussi. Je reculais doucement, lui volant un dernier baiser avant de m’appuyer sur le mur Je ne t’aime pas … Désolée » je reculais doucement, reprenant mes esprits avant de faire quelques pas vers mon appartement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Matthys • i don't forget you but it's so complicated   

Revenir en haut Aller en bas
 
Matthys • i don't forget you but it's so complicated
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ENEYA • « never forget where you came from »
» ♥ - Forget Your Past
» || Come save me, unbreak me, cause I just can't forget you ;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Australia, I love you ♥  :: Melbourne :: "La Vieille Ville" :: Cafés-
Sauter vers: